La collection Riechers en vente à l’hôtel Drouot

20/6/19 - Marché de l’art - Paris - C’est une collection de peintures du XVIIe siècle particulièrement intéressante que dispersera lundi prochain 24 juin la SVV Ader, et qui est exposée encore vendredi et samedi salle 9. Formée par Jean et Yvonne Riechers, respectivement disparus en 1974 et 1986, ces tableaux étaient échus à leurs petits-enfants qui ont décidé de les réunir une dernière fois pour cette vente. D’autres œuvres étaient déjà rentrées dans les collections publiques, dont une Nature morte aux raisins, fleurs et coquillages de Juan de Espinosa offerte au Louvre en 1973, et plusieurs autres natures mortes à l’occasion de dations en 1981-1982 et 1988-1989.


1. Paul Dorival (1604-1684)
Corbeille de fruits sur un entablement de bois
Huile sur toile - 59 x 69 cm
Vente Ader, 24 juin 2019
Photo : Ader
Voir l´image dans sa page
2. École lombarde, première moitié du XVIIe siècle
Coupe de pêches sur un entablement
Huile sur panneau - 22 x 34,7 cm
Vente Ader, 24 juin 2019
Photo : Ader
Voir l´image dans sa page

Les natures mortes formaient en effet le cœur de cette collection dont les propriétaires furent fortement marqués par l’exposition des peintres de la réalité en 1934, époque à laquelle on commençait à redécouvrir les natures mortes peintes en France dans la première moitié du XVIIe siècle.
L’ensemble qui sera vendu lundi comportera donc quinze tableaux de ce genre à laquelle la maison de vente a rajouté un panneau de Louis Moillon. À côté de noms assez connus de cette spécialité, français (notamment Jacques Linard et Sébastien Stosskopf), nordiques (Osias Beert, Georg Flegel ou encore Isaak Soreau), on note aussi la présence d’artistes plus rares comme le grenoblois Paul Dorival (ill. 1) ou François Habert. Remarquons également un panneau anonyme lombard d’une qualité remarquable (ill. 2).


3. Henry Traivoel (actif à Rome en 1622)
Autoportrait présumé
Huile sur toile - 50,5 x 40,5 cm
Vente Ader, 24 juin 2019
Photo : Ader
Voir l´image dans sa page
4. École française, vers 1640
Saint Jérôme
Huile sur toile - 76,5 x 92 cm
Vente Ader, 24 juin 2019
Photo : Ader
Voir l´image dans sa page

On trouve dans cette collections quelques peintures autres que des natures mortes dont nous retiendrons un très beau Saint Jérôme (ill. 3) sans doute parisien vers 1640 mais dont l’auteur reste inconnu, et la seule œuvre à peu près certaine de Henry Traivoel (ill. 4), un peintre français de l’entourage de Vouet (auquel elle était naguère encore attribuée).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.