À propos du rythme de parution de nos articles

2 2 commentaires
Voir l´image dans sa page

Une des critiques qui est parfois faite à La Tribune de l’Art - et elle l’est par de fidèles lecteurs, il est donc normal de nous en préoccuper - est celle d’une publication parfois irrégulière : plusieurs articles un jour, et ensuite un ou deux jours avec un seul article ou aucun. Ils préféreraient ainsi une parution régulière, quitte à mettre de côté certains articles pour les distiller au fur et à mesure.

Nous ne pouvons que constater l’exactitude de cette remarque : si les jours sans aucun article sont rares (5 sur 18 depuis le début février, 8 sur 31 en janvier…), le nombre d’articles parus les autres jours est irrégulier : de un à cinq ou six.
Nous comprenons que cette irrégularité puisse être gênante, mais elle aussi le garant d’une qualité constante. Il y a des jours où nous n’avons pas fini les articles en cours et où nous préférons ne pas faire paraître des textes que nous estimons incomplets. Quant aux articles terminés, s’il est toujours possible de reporter la publication d’une brève portant sur les acquisitions récentes d’un musée, cela est moins vrai de ceux relevant de l’actualité immédiate, ou parlant d’une exposition en cours qui va bientôt se terminer. Il est logique de les mettre en ligne sans tarder…

Il est nécessaire, par ailleurs, d’alimenter notre lettre d’information (vous pouvez vous y inscrire gratuitement) qui, si elle n’a pas de jour de parution fixe, doit tout de même être envoyée de manière hebdomadaire. Si le nombre d’articles publiés est insuffisant, il n’est pas absurde de la compléter en faisant paraître plusieurs articles le jour de son envoi.

Bref : si nous pouvons certainement veiller à améliorer la régularité des parutions, nous ne souhaitons pas renoncer, comme certains de nos confrères, à la souplesse que permet internet de publier les articles au fil de l’eau, dès qu’ils sont prêts. Cela serait beaucoup plus simple si nous nous contentions de résumer des communiqués de presse et des dépêches d’agence, ce qui est le contraire de notre politique. Nous prenons le temps de produire des articles originaux, et leur publication est parfois urgente pour diverses raisons.

Prenons un exemple, avec cinq articles publiés ce samedi. Deux portent sur des expositions en cours. Une se termine bientôt (Fernand Khnopff) et l’autre au milieu du mois d’avril (celle de l’École des Beaux-Arts). Nous aurions pu publier seulement la première, et pas la seconde, même si au fond rien ne justifie de ne pas publier immédiatement une recension d’exposition en cours. Un autre article parle d’une menace imminente sur le patrimoine (le Pont des Trous à Tournai). Nous ne pouvions attendre pour la publier. Un autre encore sur une audience judiciaire récente, et une information intéressante sur les trésors nationaux. Nous aurions certes pu temporiser, mais cela nous permettait d’annoncer à la fois une information importante (le procès sur l’exportation illégale du manuscrit des Frères Limbourg) et l’article de fond que nous lui consacrerons. Enfin, une brève portant sur le dépôt de deux tableaux de Boucher à Rennes aurait pu également attendre, mais il nous semblait urgent d’annoncer d’ores et déjà la très belle exposition double de Nantes et de Rennes.

Nous aurions donc pu ne publier l’article sur l’École des Beaux-Arts que dimanche, ce qui n’aurait d’ailleurs pas changé grand-chose, quatre articles étant mis en ligne le samedi, ce qui est beaucoup.
Nous essaierons néanmoins à l’avenir, autant que faire se peut, de mieux réguler les parutions, mais nous ne pouvons absolument pas le faire systématiquement. Le plus simple serait peut-être aussi pour les lecteurs de reporter leur lecture au lendemain !

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.