Acquis par le Kimbell Museum, L’Ordre de Poussin quitte définitivement le Royaume-Uni

1 1 commentaire
Nicolas Poussin (1594-1665)
L’Ordre
Huile sur toile - 95,5 x 121 cm
Fort Worth, Kimbell Art Museum
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

10/9/11 - Acquisition - Fort Worth, Kimbell Art Museum - Nous annoncions le 1er juillet dernier (voir la brève) que L’Ordre de Nicolas Poussin, qui était resté invendu le 7 décembre 2010 chez Christie’s Londres, avait finalement trouvé un acquéreur, pour 15 millions de livres, et que le ministère anglais de la Culture avait interdit temporairement sa sortie afin d’essayer de le faire acquérir par un musée ou un particulier anglais, comme le loi britannique le permet.
Sans grande surprise, cette tentative a échoué, prouvant la très grande difficulté qu’ont désormais les musées anglais à acquérir les pièces majeures qui demeurent en main privée sur son territoire. Le nouveau propriétaire du tableau, dont le nom restait mystérieux, vient d’annoncer cet achat : il s’agit du Kimbell Museum of Art de Fort Worth.

Cette vente entame la dispersion complète et sans aucun doute inexorable de la série des Sacrements peints pour Cassiano del Pozzo, déjà entamée par la destruction en 1816 de La Pénitence et l’achat, en 1939, du Baptême par la National Gallery de Washington.
On aurait pu rêver qu’il rejoigne la National Gallery de Londres et que celle-ci puisse à terme obtenir les cinq peintures encore en Angleterre. On pouvait espérer au moins que celle-ci entre dans les collections du musée de Washington qui aurait eu vocation alors à réunir les six tableaux restant. Ces rêves resteront vains, et il y a fort à craindre que les quatre toiles appartenant au duc de Rutland ne soient finalement vendues une par une à d’autres institutions ou à des collectionneurs privés. Une fois encore, on regrettera que la reine actuelle se montre aussi indifférente à l’art et n’utilise pas une partie de sa fortune pour permettre à son pays de conserver ses plus grands chefs-d’œuvre. La tradition de collectionneur des souverains d’Angleterre est terminée depuis bien longtemps. Tant mieux pour le Kimbell Museum.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.