Besançon achète un desssin de Palma Giovane

24/4/18 - Acquisition - Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie - Nous avions signalé, parmi les ventes aux enchères organisées à Paris pendant la semaine du dessin, la belle feuille de Palma Giovane provenant de la collection Mathias Polakovits que présentait l’étude Joron-Derem (voir la brève du 19/3/18). Cette œuvre avait également été remarquée par le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie qui a pu l’acquérir (sans préemption) au prix de 10 800 € (sans les frais).


Palma Giovane (1548-1628)
La Descente aux Limbes
Plume et encre brune, lavis brun,
rehauts de blanc - 38,8 x 21,4 cm
Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie
Photo : SVV Joron-Derem
Voir l´image dans sa page

Alors que le dessin était identifié comme une Résurrection du Christ, Hélène Gasnault, conservatrice des arts graphiques du Musée de Besançon (l"un des plus riches cabinets de dessins des musées de province, auquel on doit ajouter la collection de la bibliothèque municipale), nous a signalé qu’il s’agissait plutôt d’une Descente au limbes, c’est-à-dire de l’épisode ou le Christ vient, entre le Vendredi Saint et Pâques, visiter les âmes des justes en attente de la Rédemption. Un examen attentif de la feuille montre en effet qu’il ne pouvait s’agir d’une Résurrection : la présence des personnages en bas à droite ne s’expliquerait pas, pas davantage que celle de la figure cornue de Satan, en haut à droite de la feuille, qui ne peut rien contre la venue du Christ non loin de son domaine (les Limbes étaient considérées comme proches des Enfers, voire comme s’y confondant).

Il s’agit incontestablement d’un dessin remarquable qui ne déparera pas la collection bisontine déjà riche de nombreux dessins italiens du XVIe siècle, dont beaucoup proviennent du legs de Jean Gigoux, mais qui ne conservait jusque là aucun Palma le Jeune.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.