Boilly et Longhi : des scènes de genre pour le Getty Museum

1. Louis-Léopold Boilly (1761-1845)
L’Entrée au Jardin Turc, 1812
Huile sur toile - 73,3 x 91,1 cm
Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
Photo : Getty Museum
Voir l´image dans sa page

10/11/11 - Acquisitions - Los Angeles, The J. Paul Getty Museum - La très belle exposition Louis-Léopold Boilly qui vient d’ouvrir au Palais des Beaux-Arts de Lille et dont nous publions ici une recension est l’occasion de découvrir une peinture et un dessin acquis très récemment par le Getty Museum.

Le tableau (ill. 1), acheté pour 4 562 500 $ chez Christie’s New York le 27 janvier 2010, a été exposé aux Salons de 1812 et 1814. Il représente l’extérieur du Café Turc, un établissement ouvert en 1780 et renommé pour ses glaces, qui se trouvait sur le boulevard du Temple à Paris. Des enfants jouent tandis que des bourgeois bien mis discutent, se reposent ou observent le spectacle que donnent deux petits savoyards, l’un montrant une marmotte, l’autre jouant de la vielle. Comme dans tous ses tableaux de rue, Boilly multiplie les points de vue, dépeignant d’une façon particulièrement vivante la diversité de la foule. Si, comme le dit la notice du catalogue de Lille, certains protagonistes semblent avoir le regard fixé vers le spectateur du tableau, les personnages de cette scène paraissent pourtant bien indifférents à sa présence. Il ne s’agit pas ici d’une représentation, mais bien d’une tranche de la vie quotidienne, un moment de détente pendant une belle journée d’été.


2. Louis-Léopold Boilly (1761-1845)
L’Entrée au Jardin Turc, 1812
Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
Photo : Getty Museum
Voir l´image dans sa page

Un collectionneur anversois, ayant appris l’acquisition de ce tableau grâce au site Internet du musée, a contacté celui-ci afin de lui demander son avis sur un dessin préparatoire (ill. 2) qu’il possédait. Le Getty, après avoir consulté les deux spécialistes du peintre, Etienne Bréton et Pascal Zuber, qui lui ont confirmé qu’ils l’incluraient dans le catalogue raisonné en préparation, a pu acquérir cette feuille il y a quelques mois.
On remarque de nombreuses différences entre l’étude et l’œuvre définitive. Le cadrage du dessin est plus resserré, l’architecture est différente, l’attitude des personnages n’est pas exactement identique... En haut à droite, on observe la présence d’un serveur, sur la terrasse du café, qui disparaîtra du tableau (mais est visible sous une photographie infrarouge [1]).


3. Pietro Longhi (1701-1785)
Le peintre dans son atelier, vers 1741-1744
Huile sur toile - 41 x 53,3 cm
Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
Photo : Getty Museum
Voir l´image dans sa page
4. Giambattista Tiepolo (1696-1770)
Alexandre et Campaspe dans l’atelier d’Apelles, vers 1740
Huile sur toile - 42 x 54 cm
Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
Photo : Getty Museum
Voir l´image dans sa page

Signalons aussi l’acquisition par le Getty Museum, en 2011, auprès de Simon Dickinson, d’un deuxième tableau de genre, italien cette fois et du XVIIIe siècle : Le Peintre dans son atelier par Pietro Longhi (ill. 3).
Il représente un peintre (Longhi lui-même ?) faisant le portrait d’une jeune femme, tandis qu’un homme, son masque de carnaval ôté de son visage, se tient debout à ses côtés. Comme le remarque fort justement William Poundstone sur son blog, le sujet, l’époque et les dimensions de cette œuvre sont très proches d’Alexandre et Campaspe dans l’atelier d’Apelles (ill. 4), une toile vénitienne par Giovanni Battista Tiepolo également conservée au Getty Museum [2]. Les deux compositions sont très proches mais inversées et on pourrait presque croire qu’il s’agit de pendants, la peinture d’histoire rejoignant ainsi la scène de genre.

English version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.