Chartres : le parvis de la cathédrale toujours en danger

1 1 commentaire

Cet article a été légèrement modifié le 26 janvier 2019 pour prendre en compte l’évolution de l’architecture du projet (sachant que l’ancien est toujours en ligne sous la forme d’une vidéo sur le site de l’architecte, ce qui est assez confus).

22/1/19 - Patrimoine - Chartres, Cathédrale - Il y a deux ans, nous avions longuement décrit l’état désastreux du patrimoine de Chartres, et les deux projets délirants de la mairie sur la porte Guillaume et la cathédrale, ou plutôt le parvis de la cathédrale. Si le premier semble pour l’instant dans les nimbes, il est clair que Jean-Pierre Gorges, le maire de la ville, n’a pas renoncé à créer un « centre d’interprétation de la cathédrale » qu’il a présenté en novembre devant son conseil municipal, et que vante le journal de la ville que vous pouvez consulter ici (numéro de janvier 2019). Il n’y est plus appelé que « l’équipement », un terme vague qui correspond parfaitement à l’inanité complète de ce projet, dont nous parlions en détail ici.


1. Projet de Centre d’interprétation de la cathédrale de Chartres
(Addendum 26/1/19 : le maire de Chartres - il faut aller voir ses interventions sur Twitter, où il insulte ses contradicteurs, c’est assez sidérant - affirme que ce n’est
pas le projet. C’est, en tout cas, celui que l’on trouve sur le site de ses architectes
dans une vidéo encore en ligne aujourd’hui. Le nouveau projet, apparemment, est
celui de l’illustration 2, ce qui ne change pas grand-chose à notre constat)
© Forma6
Voir l´image dans sa page

Rien ne semble avoir changé : ni la laideur de l’architecture qui viendra masquer en partie la façade de la cathédrale lorsqu’on arrivera de face [Addendum 26/1/19 : bien que la présentation sur le site de l’architecte Forma6 propose toujours un film montrant l’ancienne version, le projet a évolué et correspond maintenant à l’ill. 2, ce qui ne change pas le fond du problème), ni l’absurdité de vouloir mener des fouilles en permanence devant le public comme si les vestiges archéologiques devaient se régénérer périodiquement, ni l’absolue vacuité de l’ensemble, ni certainement - même si le journal ne l’aborde pas - le coût de cet « équipement » pour lequel le maire attend déjà 750 000 € de l’État et 750 000 € de la Région...
Le pire est peut-être que ce projet a reçu l’accord de la Commission nationale des monuments historiques, section « abords » ! Il faut dire que l’édifice est révolutionnaire : on lit en effet dans le journal municipal qu’il « exploite [une] propriété du verre : la transparence des grandes baies qui révèlent la cathédrale ». Plutôt que de regarder bêtement la façade de l’extérieur, celle-ci sera « révélée par la transparence du verre » !


2. Projet du centre devant la cathédrale après évolution
(image rajoutée le 26/1/19)
© Forma6
Voir l´image dans sa page

On aimerait, devant de telles menaces sur le patrimoine - il ne s’agit, après tout, que de la cathédrale de Chartres... - avoir enfin un ministère qui fasse son travail et qui renvoie le maire à ses études, et surtout à la nécessaire restauration des édifices religieux de sa ville qui tombent littéralement en ruines. Mais que pense vraiment Franck Riester ? Nous l’avons accueilli avec espoir comme nous le faisons de tous les ministres de la Culture (on ne sait jamais, un miracle peut toujours arriver). Mais pour l’instant, qu’a-t-il fait ? Nous venons de lui demander de prendre position sur un certain nombre de dossiers brûlants dont celui-ci fait partie. Il est réellement temps qu’il démontre qu’il y a enfin en France un ministre de la Culture.

En attendant, les citoyens (que paraît-il il faut écouter) sont condamnés, une fois de plus, à lancer une pétition, ce qu’ont fait des chartrains concernés il y a trois semaines. Vous pouvez la signer ici.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.