Découverte de peintures murales et restaurations dans la cathédrale d’Orléans

1. Sacristie de la cathédrale d’Orléans
On voit les peinture murales de la fin du XVe représentant
le cycle de la Passion
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

11/3/11 - Découverte, restaurations, acquisition - Orléans, cathédrale Sainte-Croix - Il y a quelques années, un reste de peinture murale représentant la Mise au tombeau du Christ avait été découvert dans la première salle de la sacristie de la cathédrale d’Orléans, une ancienne chapelle du XIVe siècle qui ouvrait autrefois sur le chœur.
Arrivé en 2008, le nouveau conservateur des monuments historiques, Gilles Blieck, eut l’idée de vérifier que cette peinture ne faisait pas partie d’un cycle qui se serait trouvé derrière les meubles couvrant les murs de la première salle. C’est ainsi que trois autres scènes de la Passion du Christ furent mises à jour le 29 juin 2010 (ill. 1).
De gauche à droite (ill. 2), on voit ainsi Jésus devant Pilate (ill. 3), La Flagellation (ill. 4), La Crucifixion (ill. 5) et La Mise au tombeau déjà connue. A l’exception de cette dernière, ces peintures à l’huile sont dans un état de conservation assez bon en dépit de traces de vandalisme (griffures qui touchent essentiellement certains visages) remontant probablement aux Guerres de Religion dont la cathédrale eut particulièrement à souffrir puisqu’elle fut en grande partie détruite par les réformés.


2. France, fin du XVe siècle
Cycle de la Passion
Peinture murale à l’huile
Orléans, Sacristie de la cathédrale
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
3. France, fin du XVe siècle
Le Christ devant Pilate
Peinture murale à l’huile
Orléans, Sacristie de la cathédrale
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Gilles Blieck nous a précisé que « les yeux et les visages des personnages figurés sont en effet les cibles préférées des iconoclastes comme l’a notamment montré l’exposition "Iconoclasme. Vie et mort de l’image médiévale" tenue en 2001 au musée de l’œuvre Notre-Dame de Strasbourg ».


4. France, fin du XVe siècle
La Flagellation du Christ
Peinture murale à l’huile
Orléans, Sacristie de la cathédrale
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
5. France, fin du XVe siècle
La Crucifixion du Christ
Peinture murale à l’huile
Orléans, Sacristie de la cathédrale
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Ce type de découverte pose des problèmes bien concrets : comment, en effet, concilier la présentation de ce cycle de la Passion dont la qualité impose la conservation et celle du mobilier de la sacristie qui, bien que moindre, a également un intérêt historique. Après la restauration des peintures murales, le mobilier sera adapté pour redonner un minimum de cohérence à la pièce. La partie basse des placards sera remise en place, ainsi que le niveau des tiroirs qui la surplombe, ce qui permettra par ailleurs une mise à distance suffisante.


6. France, XVIIIe siècle
Aigle-lutrin
Bois - 183 cm
Orléans, Cathédrale Sainte-Croix
Photo : V. Binoche, étude Binocle-Maredsous
Voir l´image dans sa page


Gilles Blieck, depuis son arrivée il y a deux ans en provenance de Champagne-Ardennes, a par ailleurs mené plusieurs actions de mise en valeur du patrimoine mobilier de la cathédrale. Outre l’achat d’un lutrin du XVIIIe siècle provenant selon toute probabilité de la cathédrale [1] (ill. 6), il a fait restaurer plusieurs peintures, dont notamment les quatre grandes toiles de Jacques de Létin, l’élève de Simon Vouet originaire de Troyes, qui sont désormais visibles par le public et accrochées dans deux chapelles du déambulatoire. Par ailleurs, la maquette de Jacques V Gabriel pour la façade occidentale de la cathédrale (4,80 m de haut) est en cours de restauration et sera bientôt exposée.


7. Jacques de Létin (1597-1661)
Le Christ au Jardin des Oliviers
Huile sur toile - 341 x 221 cm
Orléans, Cathédrale Sainte-Croix
Photo : Pierre Thibaut - Région Centre Inventaire général
Voir l´image dans sa page
8. Jacques de Létin (1597-1661)
La Flagellation du Christ
Huile sur toile - 341 x 220,1 cm
Orléans, Cathédrale Sainte-Croix
Photo : Pierre Thibaut - Région Centre Inventaire général
Voir l´image dans sa page

9. Jacques de Létin (1597-1661)
Le Christ portant sa croix
Huile sur toile - 337 x 221 cm
Orléans, Cathédrale Sainte-Croix
Photo : Pierre Thibaut - Région Centre Inventaire général
Voir l´image dans sa page
10. Jacques de Létin (1597-1661)
La Crucifixion
Huile sur toile - 342,5 x 221 cm
Orléans, Cathédrale Sainte-Croix
Photo : Pierre Thibaut - Région Centre Inventaire général
Voir l´image dans sa page

Dans la seconde salle de la sacristie sont réunies trois des plus importantes toiles de la cathédrale : le Christ au Jardin des Oliviers de Jean Jouvenet avait déjà été réinstallé à cet emplacement en 2002. Réencadrés, le Christ portant sa Croix de Zurbarán, et le Saint Mamert au pied de la Croix de Claude Vignon l’ont récemment rejoint. Plusieurs autres tableaux de plus petite taille y sont également accrochés, à une hauteur suffisante pour décourager les vols ou le vandalisme. Parmi ceux-ci, on remarquera surtout une Pietà d’une qualité exceptionnelle (ill. 11). Pour l’instant, cette œuvre reste anonyme sans qu’un nom convaincant ait été prononcé. Si un lecteur de La Tribune de l’Art a une idée, qu’il n’hésite pas à nous la communiquer et nous la transmettrons au conservateur.


11. Anonyme du XVIe siècle
Pietà
Panneau - 87 x 56,5 cm
Orléans, Cathédrale Sainte-Croix
Photo : DRAC
Voir l´image dans sa page


Pour l’instant, en dehors de Jacques de Létin, il n’est pas facile de voir toutes ces œuvres sauf si l’on parvient à se faire ouvrir la sacristie. Mais à l’avenir, après la restauration des peintures murales, l’ouverture de ce lieu au public ainsi que la présentation à celui-ci du Trésor de la cathédrale (un projet déjà très ancien) devraient être rendues possible [2].

Didier Rykner

Notes

[1D’après le commissaire-priseur, et selon une tradition familiale du vendeur, ce lutrin avait été offert à la cathédrale d’Orléans par Mgr Louis Sextius Jarente de La Bruyère, évêque d’Orléans de 1758 à sa mort en 1788.

[2Nous remercions Gilles Blieck pour les nombreuses informations qu’il nous a fournies. Signalons son article, La cathédrale d’Orléans et son mobilier, un chantier permanent, paru dans le Bulletin des Amis de la cathédrale d’Orléans (n° 20, décembre 2010).

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.