Dernières préemptions de l’année à l’hôtel Drouot

20/12/18 - Acquisitions - Beauvais, Berck-sur-Mer, et Musée de la Marine - Alors que l’hôtel Drouot vient de fermer ses portes pour les fêtes, trois musées ont fait usage du droit de préemption lors de la dernière journée de ventes de l’année, mercredi 19 décembre.


1. Francis Tattegrain (1852-1915)
Au large, 1878
Huile sur toile - 132 x 98 cm
Préempté par le Musée de Côte-d’Opale à Berck-sur-Mer
Photo : SVV Millon
Voir l´image dans sa page

Le Musée d’Opale Sud de Berck-sur-Mer a acheté, lors de la vente Millon et pour la modique somme de 3 900 € avec les frais, un fort beau tableau de Francis Tattegrain (ill. 1). Cette marine, qui montre des pêcheurs venant relever des casiers dont l’emplacement est signalé par une bouée, est typique de l’œuvre de cet artiste déjà fort bien représenté dans ce musée. En 2008, il avait reçu de Marguerite Tattegrain un legs important de 650 œuvres de cet artiste dont nous avions parlé dans cette brève qui résume sa carrière et son style. Nous y renvoyons le lecteur.


2. Théodore Gudin (1802-1880)
Coup de vent sur la rade d’Alger, 1835
Huile sur toile - 50 x 61 cm
Préempté par le Musée de la Marine de Paris
Photo : OVV Ader
Voir l´image dans sa page
3. Théodore Gudin (1802-1880)
Coup de vent sur la rade d’Alger, 1835
Huile sur toile - 262 x 419 cm
Paris, Musée de la Marine
Photo : Musée de la Marine
Voir l´image dans sa page

Dans la vente Ader, le Musée de la Marine s’est enrichi d’une esquisse également au sujet maritime (ill. 2), mais plus tôt dans le XIXe siècle et d’esprit totalement romantique, par le peintre Théodore Gudin. Il s’agit d’une esquisse pour son grand tableau, dépôt du Louvre dans le même musée, Coup de vent sur la rade d’Alger (ill. 3), qui fut présenté au Salon de 1835. Élève de Girodet, Théodore Gudin fut nommé en 1830 avec Louis-Philippe Crépin un des deux premiers peintres officiels de la Marine. En juin 1830, il accompagna l’expédition d’Alger et eut sans doute l’occasion d’assister à des scènes semblables. Cette œuvre porte un fort parfum delacrucien, notamment dans la manière de peindre les personnages et dans les coloris qui peuvent évoquer la Barque de Dante. Eugène Süe, dans la Revue de Paris, consacra une superbe page à cette œuvre que l’on pourra avec profit lire ici. Ce très joli tableau a été acquis pour seulement 3 840 € avec les frais. Notons qu’il y a presque exactement un an, le Musée Fabre avait lui aussi acheté une toile de Gudin (voir la brève du 14/12/17).


4. Thomas Couture (1815-1879)
Étude pour une figure de l’Enrôlement des Volontaires
Huile sur toile - 73 x 59 cm
Préempté par le Musée départemental de l’Oise
Photo : OVV Ader
Voir l´image dans sa page

Enfin, le Musée départemental de l’Oise a préempté une esquisse de Thomas Couture préparatoire à une figure de son grand tableau de L’Enrôlement des Volontaires. L’œuvre, portant une épais vernis et dans un état moyen, vaudra sans doute mieux après restauration que ce qu’on voit sur la photo, si l’on en croit ce que nous a dit Thierry Cazaux, spécialiste de l’artiste qui prépare son catalogue raisonné. Le prix d’adjudication de 3 328 € avec les frais, en dessous de l’estimation basse, reflète cet aspect peu attractif. Sur L’Enrôlement des Volontaires, grand tableau inachevé de Couture, nous renvoyons à la brève du 30/9/14.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.