Deux dessins au pastels représentant Mathilde Sée acquis par le Musée Bonnat et le Petit Palais

5/3/18 - Acquisitions - Bayonne, Musée Bonnat et Paris, Petit Palais - L’actualité des musées est parfois riche en coïncidences heureuses. Deux pastels viennent en effet d’être acquis par des musées différents, le Musée Bonnat à Bayonne et le Petit Palais à Paris, qui ont en commun le modèle représenté : Mathilde Sée, une illustratrice de mode qui travailla pour de nombreuses revues (La Vie Parisienne notamment) et se fit connaître également comme peintre de fleurs.


1. Paul-César Helleu (1859-1927)
Portrait de Mathilde Sée, vers 1886
Pastel sur papier marouflé sur toile - 113 x 81 cm
Bayonne, Musée Bonnat
Photo : Musée Bonnat
Voir l´image dans sa page
2. James Tissot (1836-1902)
Portrait de Mathilde Sée
Pastel sur toile - 61,5 x 77 cm
Paris, Petit Palais, Musée des Beaux-Arts
Photo : Artcurial
Voir l´image dans sa page

Le premier est dû à Paul-César Helleu (ill. 1), artiste dont le musée Bonnat conserve un fonds très important depuis les nombreux dons de la fille du peintre, Paulette Howard-Johnston, complétés par son legs en 2010 d’environ 200 œuvres (le musée a même pris le nom de Bonnat-Helleu…). L’œuvre a été acquise de la galerie Frederick Mulder à Londres. On y voit le modèle, en costume noir, un éventail à la main, assise sur un fauteuil de style Louis XV dans une pose un peu raide, portant des fleurs dans sa chevelure, sur un fond gris et sans aucune allusion à son activité artistique.
Au contraire, le pastel de James Tissot (ill. 2) - invendu à 120 000/150 000 € et acquis après la vente du 14 novembre dernier chez Artcurial - montre Mathilde Sée, également assise mais d’une manière beaucoup plus libre et décontractée, dans un costume élégant, avec un décor élégant à l’arrière-plan, la tête nue, et les mains posées sur une table où se trouvent quelques-unes de ses œuvres, peut-être des aquarelles.
Les deux pastels sont pratiquement contemporains (autour des années 1886-1888) et les deux figures se ressemblent, laissant penser que les deux artistes ont été fidèles à leur modèle, même si Tissot s’en sort assurément mieux, la physionomie qu’il donne à Mathilde étant beaucoup plus naturelle.

Si le pastel de Paul Helleu est pour l’instant invisible, le musée Bonnat étant toujours fermé sans que la date de sa réouverture soit pour l’instant connue, celui de Tissot a été depuis son achat accroché dans l’exposition actuellement en cours au Petit Palais (jusqu’au 8 avril 2018) qui présente une sélection de pastels de ses collections.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.