Deux paysages de Charles Guilloux acquis par le Musée Fabre

22/4/17 – Acquisitions – Montpellier, Musée Fabre – Entre deux préemptions, le Musée Fabre achète également dans des galeries (par exemple le Wright of Derby récemment acquis - voir la brève du 17/3/17).


1. Charles Guilloux (1866-1946)
Péniches devant Notre-Dame, 1893
Huile sur panneau - 24 x 33 cm
Montpellier, Musée Fabre
Photo : Galerie Mercier
Voir l´image dans sa page
2. Charles Guilloux (1866-1946)
Coucher de soleil sur l’île Herblay, 1902
Huile sur toile - 33 x 55 cm
Montpellier, Musée Fabre
Photo : Galerie Mercier
Voir l´image dans sa page

C’est ainsi qu’après l’exposition dédiée au paysagiste Charles Guilloux par la galerie Thierry Mercier à Paris (voir la brève du 27/11/16), le musée de Montpellier a pu enrichir ses collections avec deux des paysages qui y étaient présentés.
Le premier (ill. 1), offert par la Fondation d’Entreprise du Musée Fabre, est une vue de la Seine à Paris, la silhouette de la cathédrale Notre-Dame se détachant dans le crépuscule qui fait rougeoyer le ciel, tandis que des péniches sagement alignées le long du quai viennent compléter la composition sur la droite. Le second (ill. 2), donné par la société des Amis du Musée Fabre, représente également un coucher de soleil sur la Seine, mais en pleine campagne cette fois, non plus avec l’île de la Cité mais avec l’île d’Herblay qui se trouve au nord de Paris, dans la boucle du fleuve qui enserre la forêt de Saint-Germain.

On retrouve dans ces deux tableaux ce qui caractérise l’art de Guilloux : une atmosphère vaporeuse, des coloris vifs et l’absence de toute présence humaine visible. Si Guilloux (peintre autodidacte rappelons-le, employé à la Bibliothèque nationale) se détache des Impressionnistes, il est probable qu’il fut d’une certaine manière influencé par certains d’entre eux, notamment Claude Monet. Ces deux acquisitions effectuées grâce aux mécènes et amis qui aident le Musée Fabre à s’enrichir, viennent compléter à Montpellier un petit fonds d’œuvres symbolistes autour de Charles Cottet et Eugène Carrière, un aspect de ses collections qu’il souhaite renforcer.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.