Deux Perino del Vaga pour le Metropolitan Museum

1. Perino del Vaga (1501-1547)
Sainte Famille avec saint Jean-Baptiste
Huile sur panneau - 87 x 64,8 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : Sotheby’s
Voir l´image dans sa page

9/3/11 - Acquisitions - New York, The Metropolitan Museum of Art - A une journée d’intervalle, les 26 et 27 janvier 2011, le Metropolitan Museum a acquis aux enchères chez Sotheby’s New York un dessin de Perino del Vaga, l’un des plus importants élèves de Raphaël, puis une peinture du même artiste.

Cette dernière, une Sainte Famille avec saint Jean-Baptiste (ill. 1) était également convoitée par le Louvre comme nous l’apprend Vincent Pomarède dans une interview publiée dans le dernier numéro de L’Estampille-L’Objet d’Art. Hélas, les enchères ont dépassé la somme qu’avait prévu le musée français et c’est finalement le Met qui l’a emporté pour 2 098 500 dollars (incluant les frais). Celui-ci, pas davantage que le Louvre, ne possédait encore de tableau de ce peintre, alors que les occasions d’en acquérir sont particulièrement rares [1].
Formé par Ridolfo del Ghirlandaio, Perino del Vaga entra vers 1516 dans l’atelier de Raphaël et assista celui-ci sur le chantier des Loges du Vatican. Après avoir quitté Rome en 1528 et passé une dizaine d’années à Gênes où il décora notamment le Palazzo Doria, il revint définitivement dans la ville éternelle. Le panneau acquis par le Metropolitan Museum est difficile à dater. Il semble cependant, d’après la notice du catalogue Sotheby’s, qu’en raison de son style encore assez classique et fortement marqué par Raphaël, il puisse avoir été exécuté à la fin de sa première période romaine ou au début de son séjour génois, soit vers 1527-1530. Notons que le Musée Condé à Chantilly possède une Vierge à l’Enfant de Perino del Vaga plus tardive (vers 1535-1540), et d’inspiration beaucoup plus maniériste.

2. Perino del Vaga (1501-1547)
Jupiter et Junon
Plume et encre brune, lavis brun, rehauts de blanc - 43,5 x 40,4 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : Sotheby’s
Voir l´image dans sa page

Si les tableaux de chevalet de l’artiste sont particulièrement rares, on ne peut pas en dire autant de ses dessins. Celui-ci (ill. 2), à la provenance prestigieuse (Thomas Lawrence, Samuel Woodburn, John Barnard...) a été acheté 782 500 dollars (avec les frais) chez Sotheby’s [2]. Ce Jupiter et Junon avait été présenté en 2002 dans l’exposition Tapissery in the Renaissance : Art and Magnificence, qui avait été organisée avant sa nomination par Thomas P. Campbell, l’actuel directeur du Metropolitan Museum.
De grande taille et très achevé, il s’agit en effet d’un modello - le seul connu - pour une pièce de la tenture des Amours de Jupiter tissée pour Andrea Doria et disparue depuis la fin du XVIIe siècle. Il permet ainsi de connaître l’aspect de ces tapisseries dont ne sont par ailleurs conservés que trois autres dessins en rapport dont un, représentant Jupiter apparaissant à Sémélé, appartenait déjà au Metropolitan Museum.

English version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.