Deux préemptions aujourd’hui pour Versailles

13/12/18 - Acquisitions - Versailles, Musée national du château - Le château de Versailles était aujourd’hui à Toulouse et à Paris pour préempter deux lots qui viendront enrichir le monument en y faisant revenir des objets qui y étaient autrefois conservés.


1. France, 1784
Huit chaises
Préempté par le château de Versailles
Photo : SVV Labarbe
Voir l´image dans sa page

2. France, 1784
Bergère en cabriolet à la grecque
Préempté par le château de Versailles
Photo : SVV Labarbe
Voir l´image dans sa page

À Toulouse, chez Me Labarbe, le musée s’est porté acquéreur, pour 22 000 € marteau, de huit chaises et d’une « bergère en cabriolet à la grecque [1] ». Cet ensemble, qui comprenait autrefois dix chaises, provient du château. Il est décrit dans un document conservé aux Archives Nationales, les « Rapports et décisions pour distributions de fournitures et de meubles. 1784-1792 - Prêts de meubles et distributions : état divers et récépissés. 1699-1784 ». La bergère présente la marque au feu (W) ainsi qu’un n° 63A qui permet d’identifier précisément la « Bergère avec son carreau, en cabriolet à la grecque garnie en couverte de velours d’Ütrecht vert et blanc » ainsi que les « Chaises en cabriolet couvertes de velours d’Ütrecht cramoisi ». Bertrand Rondot, conservateur au château de Versailles, est cité dans la notice de la vente : cette marque est « caractéristique des meubles livrés par "la boutique" et non par les fournisseurs du Garde-meuble de la Couronne, meubles d’usage plus courant et de fabrication plus simple réalisés dans des ateliers travaillant directement pour le garde-meuble », ajoutant « paradoxalement, le mobilier le plus simple est celui qui fait aujourd’hui le plus cruellement défaut dans les collections du château ». L’acquisition de cet ensemble permettra donc de renforcer la représentation du mobilier ordinaire sous le règne de Louis XVI. Le menuisier, auteur de ces modèles, n’est pas identifié.


3. Manufacture de Meissen
Tasse à chocolat et sa soucoupe du nécessaire à thé et à chocolat de Marie Leszczynska, 1737
Porcelaine dure peinte et dorée, vermeil - D. de la sous-tasse : 13 cm
Préempté par le château de Versailles
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

À Paris, dans une vente organisée par Christie’s [2], c’est une tasse à chocolat avec sa soucoupe, en porcelaine de Meissen, qui a été acquise pour 11 000 € sans les frais. Elle appartenait au service à thé et chocolat offert par Auguste III de Saxe, roi de Pologne, à Marie Leszczynska en mars 1737. Ce service, dont le château s’efforce d’acquérir les pièces qui passent en vente, comportait à l’origine le service douze sous-tasses, douze bols à thé, douze tasses à chocolat et leur support, un large bol, une chocolatière, un pot à lait, deux théières, un support de théière, une boîte à sucre et une boîte à thé.
Nous renvoyons à la brève du 28 octobre dernier qui répertoriait, à l’occasion de la préemption du pot à lait chez Binoche et Giquello, les pièces déjà conservées à Versailles.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.