Deuxième donation Hays : 106 nouvelles œuvres pour Orsay

10/7/19 - Acquisitions - Paris, Muse d’Orsay - Après avoir donné 187 œuvres au Musée d’Orsay en 2016 (voir la brève du 22/10/16), Marlene et Spencer Hays complètent leur exceptionnelle donation en offrant aujourd’hui quelque 106 peintures, dessins et sculptures. Malgré la mort de Monsieur Hays en 2017, sa femme poursuit donc leur entreprise de mécénat. Cette seconde donation comme la première est sous réserve d’usufruit.


1. Georges Lacombe (1868-1916)
Lavoir à Ivry ou Le lavoir des malheureux, 1894
Bas-relief en bois peint - 74,4 x 43,2 cm
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page
2. Pierre Bonnard (1867 –1947)
Goûter au jardin, vers 1891
Huile, encre noire et crayon sur toile
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Patrice Schmidt, EPMO
Voir l´image dans sa page

Le couple américain s’est passionné pour la peinture européenne de la fin du XIXe et du XXe siècle, avec une préférence affirmée pour les Nabis. En effet, parmi les 40 peintures, les 47 œuvres sur papier et les 19 sculptures qui viennent enrichir les collections d’Orsay, on compte tout de même dix créations de Bonnard, neuf de Vuillard, trois de Maurice Denis, deux de Vallotton, sans oublier le « nabi sculpteur » Georges Lacombe, auteur d’un mystérieux Lavoir des malheureux (ill. 1). Ce panneau sculpté, teinté et ciré, met en scène des lavandières qui lavent le linge face à des hommes qui pêchent à la ligne, des bouteilles d’alcool cassées à leurs pieds, tandis que des corps d’animaux flottent à la surface de l’eau. Comme beaucoup d’œuvres de la donation, celle-ci a été acquise assez récemment par les collectionneurs, mise en vente par Christie’s le 31 mars 2016. L’artiste avait fait l’objet d’une belle exposition aux musées Lambinet et Maurice-Denis en 2012 (voir l’article).


3. Maurice Denis (1870-1943)
Noli me Tangere dit aussi Moulin de Pâques au ruisseau bleu, vers 1892
Huile sur carton sur panneau parqueté
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Patrice Schmidt, EPMO
Voir l´image dans sa page
4. Félix Vallotton (1868-1925)
Au marché – Jardin public (étude), vers 1895
Huile sur carton (recto verso)
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Patrice Schmidt, EPMO
Voir l´image dans sa page

Bonnard, « le nabi très japonard », est notamment l’auteur d’une Jeune Fille au chien peinte en 1894 et d’un Goûter au jardin réalisé vers 1891, passé chez Christie’s à New York le 16 novembre 2016 (ill. 2) ; le cadrage serré ne donne pas l’impression d’une scène extérieure, mais provoque au contraire un sentiment d’étouffement tout en ménageant un effet décoratif. D’Édouard Vuillard, A la divette, Cabourg fait partie d’un ensemble de panneaux commandés à l’artiste par Josse Bernheim et Gaston Bernheim de Villers pour leur villa « Bois-Lurette » à Villers-sur-Mer ; il en retrouve un autre au Musée d’Orsay montrant deux femmes dans une véranda.
Maurice Denis , « le nabi aux belles icônes » peignit plusieurs fois le Matin de Pâques, autrement dit Noli me tangere, (ill. 3). Le tableau qui rejoint Orsay a été réalisé vers 1892 ; il figurait dans l’exposition que le Musée des impressionnismes avait consacrée au peintre en 2012 (voir l’article), et passa en vente chez Artcurial le 7 décembre 2015. Vallotton quant à lui s’intéressa davantage à la vie quotidienne et représenta La Cuisinière, 1892 puis Au marché avec au verso de la toile une scène de Jardin public vers 1895 (ill. 4).


5. Amedeo Modigliani (1884-1920)
Jeune femme à la rose (Margherita), 1916
Huile sur toile
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Patrice Schmidt, EPMO
Voir l´image dans sa page
6. Henri Matisse (1869-1954)
Portrait aux cheveux bouclés, pull marin (Allan Stein), 1907
Huile sur toile
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Patrice Schmidt, EPMO
Voir l´image dans sa page

Deux portraits, par Matisse et Modigliani passés dans la vente de Christie’s le 12 mai 2016 à New York se font étrangement écho (ill. 5 et 6). Matisse a représenté le neveu de Gertrude Stein, Allan Stein, avec ses cheveux bouclés, et son pull marin ; Modigliani, une Jeune femme à la rose, Margherita.


7. Odilon Redon (1840-1916)
Femme dans les fleurs, vers 1909-1910
Pastel et charbon sur papier
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Patrice Schmidt, EPMO
Voir l´image dans sa page
8 James Tissot (1836-1902)
Les rivaux, vers 1878-79
Huile sur toile
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Patrice Schmidt, EPMO
Voir l´image dans sa page

Odilon Redon fait jaillir une Jeune fille parmi les fleurs (ill. 7) dans un univers onirique, et Tissot met en scène une jeune femme dans un jardin d’hiver avec un sens du cadrage audacieux (ill. 8) ; il s’agit de sa compagne, Kathleen Newton, qu’il fait deviser avec deux hommes dans un tableau intitulé Les Rivaux.


9. Robert Delaunay (1885-1941)
La Femme au pain, 1905
Huile sur toile
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Patrice Schmidt, EPMO
Voir l´image dans sa page
10. Emile Bernard (1868-1941)
Vue du port de Vathy, Samos, 1893
Huile sur toile
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Patrice Schmidt, EPMO
Voir l´image dans sa page

Et puis Delaunay est là avec une toile inattendue, témoin de ses débuts : une Femme au pain de 1905, vêtue d’un costume traditionnel breton, qui trahit à la fois l’influence de Gauguin et de Van Gogh (ill. 9).
Emile Bernard fit bel et bien partie de l’école de Pont Aven à partir de 1888 avant d’effectuer vers 1904 un retour à la tradition et à l’art classique ; c’est un tableau charnière qui rejoint les collections d’Orsay, une Vue du port de Vathy Samos, composée de bandes de couleurs chaudes et froides, marquée par des silhouettes simplifiées, mise en vente le 31 mars 2016 par Christie’s à Paris (ill. 10). En 1893 en effet, Bernard quitta Paris et entreprit un périple vers l’Égypte ; il voyagea dix ans, produisant des toiles d’inspiration orientaliste.


Edouard Manet (1832-1883)
Etude préparatoire pour Le Balcon (1868)
Encre, plume et aquarelle sur papier
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Patrice Schmidt, EPMO
Voir l´image dans sa page

Pour finir, parmi les dessins offerts par les Hays, l’un de Manet est préparatoire au célèbre Balcon, et révèle ainsi comment naquit un chef-d’oeuvre (ill. 11).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.