Un tableau de Cals acquis par le Muséee Eugène Boudin

19/2/19 - Acquisition - Honfleur, Musée Eugène Boudin - En septembre 2017, la galerie Mendes présentait une petite exposition sur le peintre Adolphe-Félix Cals que nous avions juste évoquée dans un article consacré à la rentrée du marché de l’art parisien. Celle-ci, qui présentait 25 œuvres de la collection du descendant du comte Doria, était accompagnée d’un petit catalogue dont la première œuvre était le Vieux Pêcheur (ill. 1), une toile importante pour l’artiste et plus largement pour l’histoire de l’art puisqu’elle a figurée à la première exposition impressionniste du 15 avril au 15 mai 1874. Ce tableau a été récemment acquis par le Musée Eugène Boudin de Honfleur, auprès du propriétaire et par l’intermédiaire de la galerie.


1. Adolphe-Félix Cals (1810-1880)
Le Vieux Pêcheur, 1873
Huile sur toile - 114 x 89 cm
Honfleur, Musée Eugène Boudin
Photo : Galerie Mendes
Voir l´image dans sa page

Né en 1810, Cals est d’au moins une génération antérieure aux principaux protagonistes du mouvement impressionniste qui ont tous vu le jour aux alentours de 1840, à l’exception de Camille Pissarro et d’Édouard Manet, nés respectivement en 1830 et 1832. Il en fut néanmoins, au soir de sa vie, un compagnon de route fidèle puisqu’il exposa également au Salon des refusés en 1863, puis à la plupart des expositions impressionnistes jusqu’à son décès en 1880.
L’artiste s’était installée à Honfleur en 1873, et c’est cette même année dans cette ville qu’il peignit le Vieux Pêcheur. On connaît plusieurs dessins préparatoires dont certains sont conservés au musée de Honfleur, et une esquisse peinte est réapparue (ill. 2) grâce à la publicité pour l’exposition que nous avions mise en ligne sur La Tribune de l’Art : son propriétaire l’a vue et est venue montrer ce modello à la galerie.


2. Adolphe-Félix Cals (1810-1880)
Le Vieux Pêcheur, 1873
Huile sur toile
Collection particulière
Photo : Galerie Mendes
Voir l´image dans sa page

L’esquisse, et dans une moindre mesure le tableau définitif, montre par la touche vibrante que même si le peintre ne peut être qualifié d’impressionniste, il fut néanmoins influencé par la manière de ses confrères et amis. L’œuvre témoigne également d’un réalisme qui s’insère parfaitement dans la peinture de son temps, non loin de l’art de Gustave Courbet.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.