Exposition de peintures romaines des XVIIe et XVIIIe siècles à la galerie Tarantino

1. Simon Vouet (1590-1649)
L’Apothéose de Saint François de Paule, vers 1626
Huile sur toile - 42 x 32 cm
Paris, Galerie Tarantino
Photo : Galerie Tarantino
Voir l´image dans sa page

19/3/11 - Marché de l’art - Paris - C’est une très belle exposition que présente jusqu’au 21 avril la galerie Tarantino. Il n’est en effet pas si facile de réunir ainsi autant de tableaux et dessins anciens autour d’un thème bien précis : l’art de la Rome baroque de 1600 à 1750 environ.

Comme au Grand Palais, dans la remarquable exposition sur le paysage à Rome au XVIIe siècle (dont nous parlerons prochainement), où l’une des premières œuvres du catalogue, La Fuite en Egypte d’Annibale Carracci, n’a pas pu venir, un Giovanni Lanfranco, La Vierge à l’Enfant et les Saints Antoine Abbé et Jacques le Majeur que le galeriste avait déjà vendu, n’a finalement pas été prêté par son propriétaire. Même s’il peut être regretté, d’autres grands noms sont présents. Comme Simon Vouet avec une esquisse figurant L’Apothéose de Saint François de Paule (ill. 1), montrée à Nantes dans l’exposition sur les années romaines de Vouet (voir l’article), ou Charles Le Brun, avec une précieuse Sainte Famille réalisée à Paris peu après son retour de Rome, à l’esprit encore tout marqué par la Ville Eternelle et l’art de Nicolas Poussin.


2. Guillaume Courtois (1626-1679)
La Trinité
Huile sur toile - 99 x 74,5 cm
Paris, Galerie Tarantino
Photo : Galerie Tarantino
Voir l´image dans sa page


3. Szymon Czechowicz (1689-1775)
La Sainte Vierge remet le scapulaire à saint Simon Stock
en présence de saint Pierre Thomas,
saint André Corsini et un autre saint

Huile sur toile - 65 x 37 cm
Paris, Galerie Tarantino
Photo : Galerie Tarantino
Voir l´image dans sa page

Certains peintres sont représentés par plusieurs œuvres. Ainsi, l’on peut voir trois tableaux de Guillaume Courtois. L’un d’entre eux, Moïse et le serpent d’airain, très délicat et proche d’une esquisse, est préparé par un dessin conservé à Stockholm et récemment identifié par Arnauld Brejon de Lavergnée. Un autre, d’un style classicisant et datant de la fin de la carrière du peintre était déjà, hors catalogue, dans une précédente exposition de la galerie (voir l’article). Nous reproduirons ici le troisième, une Trinité (ill. 2) très baroque pour laquelle au moins deux dessins d’ensemble sont connus dont l’un, très achevé, est conservé à la National Gallery de Washington.
Trois dessins de Ciro Ferri, une toile de Giuseppe Nicola Nasini et une belle feuille de Lazzaro Baldi témoignent de l’influence de Pierre de Cortone. Un dessin à la plume et encre brune, proposé anonyme dans une vente aux enchères en Italie, a été rendu par Antoine Tarantino à Baciccio. Plusieurs œuvres inédites attribuées par le galeriste, souvent par des artistes rares et peu connus, sont ainsi publiées ici pour la première fois. C’est, notamment, le cas d’un probable modello pour un retable non localisé par le polonais Szymon Czechowicz (ill. 3) ou d’une Predication de Saint Paul de Girolamo Pesci. Deux esquisses peintes de Giuseppe Passeri (ill. 4 et 5) constituent également de belles redécouvertes


4. Giuseppe Passeri (1654-1714)
La Trinité avec saint Augustin et sainte Claire, 1707-1714
Huile sur toile - 67 x 57 cm
Paris, Galerie Tarantino
Photo : Galerie Tarantino
Voir l´image dans sa page
5. Giuseppe Passeri (1654-1714)
L’Assomption avec sainte Ursule
sainte Claire et sainte Catherine d’Alexandrie
, 1707-1714
Huile sur toile - 67 x 57 cm
Paris, Galerie Tarantino
Photo : Galerie Tarantino
Voir l´image dans sa page

Tous ces tableaux relèvent de ce que l’on pourrait appeler le « goût Lemme », du nom de Fabrizio Lemme, collectionneur et donateur du Louvre, qui signe d’ailleurs la préface du catalogue. Soulignons à cette occasion la qualité de cette publication qui a fait appel à plusieurs spécialistes français et italiens pour la rédaction des copieuses notices. Preuve, une nouvelle fois, que le marché de l’art peut également apporter sa pierre à l’histoire de l’art.

Peindre à Rome, du 16 mars au 21 avril 2011, Galerie Tarantino, 38, rue Saint-Georges, 75009 Paris. Tél : 01 40 16 42 38. Catalogue disponible.

Site Internet de la Galerie.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.