Expositions en galerie et vente aux enchères

11/11/18 - Marché de l’art et acquisitions - Paris - La Roche-sur-Yon, Musée et Eu, château - Les salons sont toujours l’occasion pour certaines galeries d’organiser parallèlement des expositions, et pour les maisons de vente aux enchères de programmer des ventes d’objets importants. Les manifestations qui ont accompagné Fine Arts Paris qui vient de fermer ce soir ses portes sans que le succès ne se démentisse (voir l’article) étaient particulièrement remarquables, et quatre d’entre elles ont donné lieu à un catalogue.


1. Pierre-Paul Sévin (vers 1645-1710)
Un décor pour le collège Louis-le-Grand
Gouache rehaussée d’or - 53 x 34,5 cm
Nicolas Schwed
Photo : Galerie Nicolas Schwed
Voir l´image dans sa page
2. Léon Jean-Baptiste Sabatier (vers 1827-1887)
Les quais de Paris en feu vus du pont de
Solferino la nuit du 24 mai 1871

Gouache - 24 x 36,2 cm
Nicolas Schwed
Photo : Galerie Nicolas Schwed
Voir l´image dans sa page

C’est ainsi que Nicolas Schwed présente jusqu’au 30 novembre [1] une exposition de dessins avec Paris pour thématique : des vues de Paris, des scènes parisiennes mais aussi des œuvres en relation avec la capitale comme une gouache rehaussée d’or de Pierre-Paul Sévin, particulièrement impressionnante par sa taille et par sa qualité (ill. 1). Il s’agit de la représentation d’un décor éphémère peint sur la porte extérieure de la salle principale du collège Louis-le-Grand pour l’ouverture des classes en mars 1687. On pourra signaler d’autres œuvres, comme des scènes des incendies de Paris pendant la Commune par Léon Jean-Baptiste Sabatier (ill. 2) ou une arrestation de Charlotte Corday par Louis Brion de La Tour.
Le département des Arts Graphiques du Louvre a judicieusement acquis plusieurs feuilles (nous en reparlerons). En revanche, le Musée Carnavalet, trop occupé à se demander ce qu’il pourra ne pas exposer dans ses salles lors de sa prochaine réouverture ne semble pas s’être manifesté pour enrichir ses collections. Un catalogue, préfacé par Alexandre Gady, a été édité à cette occasion.


3. Paul Baudry (1828-1886)
Étude pour Saint Pierre chez Marie, 1848
Huile sur toile - 26,2 x 21,7 cm
La Roche-sur-Yon, Musée
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes
Voir l´image dans sa page
4. Eugène Isabey (1803-1886)
Le Départ de la reine Victoria du Tréport, vers 1844
Huile sur toile - 49 x 62 cm
Eu, château
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes
Voir l´image dans sa page

La galerie La Nouvelle Athènes rue Chaptal organise comme d’habitude (jusqu’au 16 novembre) une de ses expositions avec un catalogue que l’on peut retrouver sur internet. Parmi les nombreuses œuvres à signaler, nous retiendrons celles qui viennent d’être acquises par des musées et dont nous pouvons parler dès maintenant. Une étude pour Saint Pierre chez Marie de Paul Baudry (ill. 3), préparatoire pour le tableau du concours de 1848 pour le Prix de Rome. Le peintre échouera cette année (il n’y aura d’ailleurs pas de Grand Prix décerné). Cette esquisse viendra enrichir les collections du Musée de La Roche-sur-Yon, qui renforce ainsi son fonds de cet artiste natif de cette ville.
Le château d’Eu, très actif sur le plan des acquisitions et que nous avons trop négligé jusqu’ici (nous réparerons bientôt cette injustice) a de son côté acquis une très jolie petite huile sur toile d’Eugène Isabey représentant Le Départ de la reine Victoria du Tréport lors de la visite qu’elle rendit en 1843 à Louis-Philippe, justement au château d’Eu (ill. 4).
Signalons aussi qu’un musée parisien (non, il ne s’agit bien sûr pas de Carnavalet) a également acquis deux très jolies œuvres en rapport avec Paris, et nous parlerons de ces acquisitions dès qu’elles seront confirmées.


5. Gregorio di Lorenzo (vers 1436-vers 1504)
Un Apôtre (saint Jean ?), vers 1460-1470
Marbre - 47,2 x 34,9 x 9,7 cm
Galerie Hubert Duchemin
Photo : Galerie Hubert Duchemin
Voir l´image dans sa page
6. Gabriel-François Doyen (1726-1806)
Apothéose de saint Grégoire
Sanguine, craie blanche, pierre noire, lavis
brun, crayon et encre noire - 50,6 x 50,6 cm
Galerie Hubert Duchemin
Photo : Galerie Hubert Duchemin
Voir l´image dans sa page

Hubert Duchemin propose également (jusqu’au 7 décembre) une exposition avec un catalogue très documenté. On y voit peu d’œuvres, mais toutes de grande qualité, couvrant un champ chronologique très large, du XVe au XXe siècle. On y remarquera ainsi une importante sculpture florentine de Gregorio di Lorenzo (ill. 5), qui était autrefois connu comme le Maître des Madones de marbre avant que cet artiste anonyme ne soit identifié sous son vrai nom en 2001 par Alfredo Bellandi. Le catalogue reproduit une Mater dolorosa conservée à Berlin dont les traits sont stylistiquement remarquablement proches de ce relief.
On ne peut ignorer aussi une grande feuille, très spectaculaire, de Gabriel-François Doyen, préparatoire au décor de la chapelle Saint-Grégoire dans l’église des Invalides (ill. 6).


7. François Boucher (1703-1770)
Portrait d’Alexandrine-Jeanne Le Normant d’Étiolles, filles de Madame de Pompadour, 1749
Huile sur toile - 74,6 x 93,7 cm
Galerie Alexis Bordes
Photo : Galerie Alexis Bordes
Voir l´image dans sa page
8. Jean-Baptiste Pater (1695-1736)
La Barque de plaisir, vers 1725
Huile sur toile - 74,6 x 93,7 cm
Galerie Alexis Bordes
Photo : Galerie Alexis Bordes
Voir l´image dans sa page

Alexis Bordes, s’il présente lui aussi des œuvres de toutes les époques, possède un fort tropisme pour le XVIIIe siècle. C’est ainsi qu’on pourra voir dans son exposition (elle aussi accompagnée, comme à son habitude, d’un catalogue) jusqu’au 21 décembre, une huile sur toile de François Boucher à son meilleur (ill. 7), figurant la fille de Madame de Pompadour, Alexandrine.
Autre chef-d’œuvre, un tableau de Jean-Baptiste Pater, La Barque de plaisir (ill. 8), qui rappelle, en plus intime, le sujet de l’Embarquement pour Cythère de son maître Watteau. Si l’œuvre date de la dernière partie de sa carrière où il s’éloigne de la manière de son maître, sa qualité n’est réellement pas loin derrière celui-ci.


9. Seymour Haden (1818-1910)
Egham sur la Tamise, 1859
Eau-forte et pointe sèche originale - 18 x 25 cm
Galerie Paul Prouté
Photo : Galerie Paul Prouté
Voir l´image dans sa page

Signalons aussi plusieurs expositions d’estampes, qui se poursuivent jusqu’au 14 novembre chez plusieurs galeries spécialisées dans ce domaine. Le programme complet se trouve ici, et nous retiendrons notamment, relevant de notre champ chronologique, les gravures romantiques montrées par les galeries Martinez D. et Bonafous-Murat, une vingtaine de gravures de Seymour Haden (ill. 9) et James Whistler présentées par la galerie Paul Prouté dont on nous signale qu’elle prépare une exposition plus conséquente sur ces deux artistes, des portraits d’apparat du XVIIe siècle chez Xavier Seydoux ou encore des Vues de Paris à la galerie Sagot-Le Garrec.


10. Jean-Léon Gérôme (1824-1904)
Les Deux majestés
Huile sur toile - 25 x 44 cm
Vente Artcurial du 13 novembre 2018
Photo : Artcurial
Voir l´image dans sa page
11. Antoine-Jean Gros (1771-1835)
Étude d’ensemble pour le combat de Nazareth
Plume et encre brune - 20,5 x 32,7 cm
Vente Artcurial du 13 novembre 2018
Photo : Artcurial
Voir l´image dans sa page

Nous terminerons avec la vente de Maîtres Anciens et du XIXe siècle qu’Artcurial organise le mardi 13 novembre, où sera vendu le Portrait de Charles Perrault par Le Brun dont nous avions parlé dans une brève du mois de juin.
Parmi les autres œuvres qui seront cédées lors de cette vocation, nous retiendrons un cheval de Géricault, mais aussi un lion de Jean-Léon Gérôme (ill. 10) d’une qualité exceptionnelle, où le fauve est assis, regardant le soleil couchant.
Nous remarquerons aussi un dessin de Jean-Antoine Gros (ill. 11), à l’écriture nerveuse, étude d’ensemble pour Le Combat de Nazareth du Musée des Beaux-Arts de Nantes.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.