Jean-Luc Martinez a confirmé à la ministre l’impossibilité de déplacer La Joconde

Léonard de Vinci
Mona Lisa, dite La Joconde, vers 1503-1519
Huile sur panneau - 77 x 53 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : C2RMF
Voir l´image dans sa page

2/3/18 - Politique - Prêt de la Joconde - Nous étions inquiet de connaître la position de Jean-Luc Martinez quant à un possible déplacement de la Joconde pour la prêter au Louvre-Lens (voir cet article). Dans un article par ailleurs très peu critique sur celui-ci, Le Figaro écrit en effet aujourd’hui, à juste titre, qu’« en cinq ans, tous les ministres de la Culture ont pu compter sur lui pour mettre en œuvre les politiques publiques ». En d’autres termes, Jean-Luc Martinez fait ce qu’on lui dit et il ne s’est jamais privé en interne de souligner - parlant des fonctionnaires - qu’« [ils sont] là pour obéir ».

On ne sait ce qu’il en sera si la ministre voulait lui imposer tout de même de prêter le tableau, mais force est de constater que pour l’instant il se comporte de manière conforme à son rôle de conservateur des collections publiques. Le Louvre nous a en effet confirmé que son président-directeur avait répété hier à la ministre ce que le musée a toujours affirmé ces dernières années, notamment lorsque l’Italie avait voulu emprunter le tableau : la Joconde est beaucoup trop fragile pour être déplacée.

Que va, maintenant, décider Françoise Nyssen qui semble ne rien comprendre à ce qu’est une œuvre d’art ? Va-t-elle oser imposer malgré tout ce déplacement, et faire ainsi courir à l’œuvre des risques inacceptables ? Va-t-elle accepter d’entendre le Louvre et suivre cet avis ? Dans le premier cas, il est clair qu’il faudra mener une campagne d’envergure pour empêcher une telle action. Dans le second, on ne pourra que constater une fois de plus que cette ministre, qui avait tous les éléments en main pour savoir que ce déplacement était impossible et qui s’est tout de même entêtée dans son idée, n’a vraiment rien à faire à ce poste.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.