L’ouverture du Musée des Pêcheries à Fécamp

1 1 commentaire
1. Le Musée des Pêcheries de Fécamp
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Dans notre article consacré à la recension du catalogue des peintures du Musée de Fécamp, nous écrivions que celui-ci devait ouvrir en 2011. Six ans plus tard, c’est enfin le cas. Une facture de 17,8 millions d’euros, soit plus du double du budget initial, plusieurs années de retard : il n’est pas exagéré de dire que le Musée des Pêcheries de Fécamp est né dans la douleur. Mais le résultat est remarquable et fera certainement oublier cet accouchement difficile.

L’idée de départ était excellente : il ne s’agissait pas uniquement de regrouper les deux musées existants alors à Fécamp, celui de la pêche appelé des Terras-Neuvas et celui des Arts de l’Enfance, mais aussi d’y ajouter les collections de Beaux-Arts qui n’étaient plus présentées depuis fort longtemps et qui ont pourtant un réel intérêt. Le tout devait se faire dans un bâtiment industriel réhabilité : l’usine des Pêcheries, installée sur le port, un bel édifice construit après la guerre en 1948. Le projet architectural, dû au cabinet Basalt Architecture, était par ailleurs excellent, ajoutant un belvédère au-dessus du bâtiment d’origine ainsi qu’une extension sur le côté sans dénaturer l’édifice.
Tout allait pour le mieux, mais de nombreuses difficultés surgirent sur le chantier que nous ne retracerons pas ici, d’une part car nous n’en connaissons pas tous les tenants et les aboutissants, d’autre part car cela n’a désormais plus d’importance : le musée est terminé et ouvert (ill. 1), et les collections sont bien mises en valeur [1]. Les collections de Beaux-Arts ont par ailleurs bénéficié d’une importante campagne de restaurations.


2. Vue sur Fécamp et au loin sur les falaises
à partir du belvédère au-dessus du Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

La visite commence par le dernier étage, le deuxième du belvédère qui embrasse la ville sur 360° ce qui donne des points de vue admirables, avec les falaises au loin, l’abbatiale, l’église Saint-Étienne ou le Palais de la Bénédictine… Le niveau inférieur est consacré à l’histoire de la ville, se déroulant de manière chronologique de la préhistoire à nos jours, avec la présentation d’objets et d’œuvres d’art, comme une Trinité sculptée du XVe siècle (ill. 3) de l’abbaye bénédictine de Fécamp ou un albâtre de Nottingham (ill. 4) de même provenance.


3. France, XVe siècle
Trinité
Pierre
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
4. Angleterre, XVe siècle
Relief de la Crucifixion
Albâtre
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

On descend encore d’un étage pour découvrir les collections consacrées à la pêche. Il s’agit essentiellement ici d’un musée d’histoire, et de traditions populaires, dans une muséographie très bien faite. Maquettes de bateaux, intérieurs de demeure de pêcheurs (ill. 5), objets liés à la pêche ou à la conservation des poissons, barque de pêche (connue sous le nom de doris - ill. 6)… tout cela, qui sort pour l’essentiel du champ de La Tribune de l’Art, est néanmoins tout à fait passionnant.


5. Reconstitution d’un intérieur de pêcheur
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
6. Doris
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

L’étage suivant (nous descendons toujours) est consacré pour l’essentiel aux Beaux-Arts, auxquels s’adjoignent les collections de l’ancien musée des Arts de l’Enfance, qui sont également intéressantes mais sortent aussi de notre champ (à l’exception de quelques tableaux). On y est accueilli par une belle Sainte Barbe polychrome de la fin du XVe siècle (ill. 7).
Si l’essentiel des collections de peintures et de sculptures concernent le XIXe et le début du XXe siècle, les œuvres plus anciennes ne manquent pas et constitueront certainement une découverte pour beaucoup, sauf pour ceux qui ont eu l’occasion de lire le catalogue des peintures dont nous avons déjà parlé. Nous renvoyons les lecteurs à celui-ci et nous nous contenterons d’ajouter quelques photos d’œuvres que nous n’avions pas illustrées dans notre article précédent.


7. France, fin du XVe siècle
Sainte Barbe
Pierre polychrome
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
8. Anvers, vers 1600
Le Jugement dernier
Huile sur cuivre
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Nous publions donc les photos du Jugement dernier anversois vers 1600 (ill. 8), de la Réconciliation de Céphale et Procris de Willem van Herp (ill. 9), de la Tempête de Pierre-Charles Le Mettay (ill. 10). Nous n’avions pas évoqué dans cet article plusieurs tableaux d’histoire du XIXe siècle dont deux tableaux peints pour le Prix de Rome (mais sans succès), l’un par Léon Cogniet (qui finit par l’obtenir), l’autre par Jean-Paul Laurens (qui n’en fut jamais lauréat - ill. 11). On ajoutera un troisième essai pour le Prix de Rome, mais sculpté cette fois, dû à Alfred Boucher.


9. Willem van Herp (1614-1677)
La Réconciliation de Céphale et Procris
Huile sur cuivre - 70 x 87,7 cm
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
10. Pierre-Charles Le Mettay (1726-1759)
Naufrage ou La Tempête, vers 1757
Huile sur toile - 81,3 x 101,6 cm
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

11. Jean-Paul Laurens (1838-1921)
Homère dans l’île de Syros, 1864
Huile sur toile - 113,7 x 146,5 cm
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Nous reproduisons également une belle Étude de vieillard buvant par François-André Vincent (ill. 12) qui n’était pas présentée à sa rétrospective de Tours et Montpellier (voir ici et ici), et un petit tableau de Jean de Saint-Igny (ill. 13) qui a depuis été rejoint par l’acquisition d’une autre œuvre de cet artiste (voir la brève du 15/11/12). Il nous est cependant impossible de tout citer, et encore davantage pour la peinture du XIXe siècle dont la collection est assez riche : aux œuvres reproduites dans notre article sur le catalogue, nous ajouterons (mais nous pourrions multiplier les exemples) Le Lever du filet par Eugène Lepoittevin (ill. 14) et Clair de lune à Pornic du peintre russe Alexeï Bogoliubov (ill. 15) dont Jacques Foucart avait parlé dans un précédent article.


12. François-André Vincent (1746-1816)
Étude de vieillard buvant
Huile sur toile - 73 x 60,2 cm
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
13. Jean de Saint-Igny (1595/1600-1649)
La Sainte Famille
Huile sur panneau - 27,4 x 19,4 cm
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Signalons aussi que le musée conserve des dessins (publiés naguère dans un catalogue) où l’on trouve notamment plusieurs portraits de l’école française du XVIe siècle et quatre feuilles de Delacroix, mais aussi quelques intéressants dessins anciens. Ceux-ci feront l’objet d’accrochages ponctuels dans une section « cabinet des dessins » mais dont le premier n’aura lieu qu’à l’occasion de la semaine du dessin en mars prochain.


14. Eugène Le Poittevin (1806-1870)
Le Lever du filet
Huile sur panneau - 37,7 x 46 cm
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
15. Alexeï Bogoliubov (1834-1896)
Clair de lune à Pornic, 1867
Huile sur toile - 73,3 x 60,8 cm
Fécamp, Musée des Pêcheries
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Il nous faudrait également parler des nombreux objets d’art : céramiques, meubles, ivoires (ils ne sont pas encore installés mais le seront bientôt dans le « cabinet de curiosité » en cours d’aménagement). Quant à la muséographie, elle est plaisante car très dense et d’un parcours logique. Le seul point négatif, mais qui pourra être amélioré, est l’éclairage, certains tableaux étant victimes de nombreux reflets.

Alors que l’avenir des musées paraît parfois incertain, il faut constater que nombreux sont ceux en France qui sont actuellement en cours de construction ou d’agrandissement. Il ne se passe pas d’années sans que soit inaugurés plusieurs d’entre eux. En 2017, nous n’avons pas encore pu voir celui de Blérancourt, mais après le ratage complet de Perpignan (voir l’article) il est heureux de constater que Fécamp rejoint Nantes (voir l’article) dans la catégorie des opérations réussies.

Conservateur en chef du musée : Marie-Hélène Desjardins.

Collectif, Les Pêcheries. Musée de Fécamp, Edition Point de Vue, 2017, 192 p., 18 €. ISBN : 9782371950221. (ce livre, paru à l’occasion de l’ouverture d’une musée, présente le musée, l’histoire du bâtiment et du projet, ainsi que les collections).$


Voir les informations pratiques sur le site du Musée des Pêcheries.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.