La galerie des Carrache au Palais Farnèse va être restaurée

Annibale Carrache
Plafond de la galerie du Palais Farnèse
Photo : Z. Colantoni/Ambassade de France
Voir l´image dans sa page

12/5/11 - Restauration - Rome, Palais Farnèse - En 1994, les peintures murales de la galerie des Carrache au Palais Farnèse (ill.), l’une des œuvres majeures de l’art occidental, avaient fait l’objet d’une intervention ponctuelle ayant notamment consisté à consolider la voûte. La restauration n’avait cependant pas pu aller jusqu’au bout, tant par manque de moyens que devant la difficulté de la tâche à accomplir. Il faut, en effet, lorsque l’on restaure un ensemble aussi important, veiller à ce que celui-ci conserve une parfaite cohérence qui assure une harmonie d’ensemble.

Les peintures, si elles n’apparaissent pas en trop mauvais état, nécessitent cependant un nettoyage qui devrait pouvoir commencer rapidement, sans doute dès cet été, grâce à une importante participation de mécènes. L’Etat italien apportera 200 000 euros tandis que le reste sera financé par la Fondation de l’Orangerie pour la Philanthropie Individuelle [1] (400 000 euros) et par le World Monument Fund qui complètera l’opération à hauteur de 400 000 ou 500 000 euros. Le coût de l’ensemble de l’opération est en effet estimé à environ un million d’euros. Elle devrait durer un an.

La participation du World Monument Fund, une institution particulièrement consciente des difficultés et des risques que présente une telle opération sur une œuvre aussi prestigieuse, devrait garantir sa réussite. Lors de la conférence de presse, l’ambassadeur de France à Rome, Jean-Marc de La Sablière, n’a en effet pas été très précis sur les conditions dans laquelle elle sera menée [2]. L’Ambassade sera maîtrise d’ouvrage mais nous n’avons pu savoir qui, précisément, en sera responsable. Un comité scientifique va être mis en place pour suivre les travaux mais celui-ci n’a pas encore été constitué.
Notons que l’ambassadeur a assuré qu’à l’issue de cette restauration, le Palais Farnèse serait beaucoup plus souvent ouvert au public qu’il ne l’est actuellement. Une décision que l’on peut qualifier d’historique (voir notre éditorial du 1/2/05).

Didier Rykner

Notes

[1Cette fondation, créée en 2007 par BNP Paribas Wealth Management, accueille les dons des clients de cette banque privée qu’elle utilise pour des actions de mécénat.

[2Celui-ci a même indiqué que les sculptures de la galerie étant des copies des antiques Farnèse aujourd’hui conservés à Naples, l’une des difficultés sera d’« allier la couleur des stucs à celle des statues ». A supposer que cela soit réellement un problème, c’est évidemment l’inverse qu’il faudra faire...

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.