La Tribune de l’Art a quatre ans

Le 4 avril 2003, il y a un peu plus de quatre ans, La Tribune de l’Art était mise en ligne pour la première fois. Elle est née de la volonté de créer, sur Internet, une revue de référence sur l’histoire de l’art, qui traiterait de l’actualité, sans langue de bois, qui publierait des articles de fonds et qui serait un véritable portail de cette discipline sur Internet. Elle a, nous le pensons, tenu toutes les promesses que nous énoncions ici-même.

Aujourd’hui, La Tribune de l’Art est un véritable succès. Son audience n’a cessé d’augmenter pour atteindre 5300 visites [1] par jour et 12800 visiteurs uniques par mois (chiffres de mars 2007), ce qui est très élevé pour un site spécialisé. Cela en fait l’un des journaux consacrés à l’art les plus consultés en France tous médias confondus, tandis que les lecteurs à l’étranger sont toujours plus nombreux. Les informations du site sont reprises régulièrement par les grands médias (récemment encore, Le Point se faisait largement l’écho de notre article sur Versailles). Beaucoup de lecteurs nous font part de leur satisfaction.

Nous avons de nombreux projets :

- refonte de l’architecture technique qui a atteint aujourd’hui ses limites, afin de mettre en place de nouveaux services (fil RSS, mise en place de bases de données, envoyer les articles par mail, etc.) et de simplifier la mise en page qui demande actuellement énormément de temps ; sur Internet, l’immobilisme est impossible,

- mise en ligne d’une version anglaise qui permettra à La Tribune de l’Art de toucher un nombre beaucoup plus important de lecteurs étrangers et de diversifier ses revenus.

Car, et c’est tout le paradoxe d’Internet, cette réussite n’est pas - encore - suffisante pour assurer la pérennité du site. Nous nous sommes toujours refusé à en faire payer l’accès afin que celui-ci soit librement accessible par tous. Nous entendons bien poursuivre dans cette voie. Actuellement, la plus grande partie des revenus de La Tribune de l’Art provient de la publicité. Mais cette ressource, indispensable, est soumise à la conjoncture économique. Par ailleurs, elle ne doit pas limiter notre indépendance.

C’est pourquoi, comme il y a un peu plus d’un an, nous lançons un appel aux lecteurs réguliers du site pour qu’ils manifestent concrètement leur fidélité et leur désir de continuer à lire La Tribune de l’Art. Nous avons besoin de vous pour continuer. Comme nous l’écrivions il y a un an : « Si vous appréciez La Tribune de l’Art, si vous estimez que toute peine mérite salaire, si vous souhaitez que son contenu s’enrichisse encore plus régulièrement, si vous voulez soutenir son indépendance pour qu’elle continue à vous apporter une information vierge de toute langue de bois et différente de ce que vous trouvez ailleurs, vous pouvez donc souscrire, pour une année. Un abonnement d’un an à n’importe quelle revue d’art coûte en général plus de 50 €. A vous de juger à combien vous évaluez les informations apportées par La Tribune de l’Art. »

Merci aux anciens souscripteurs qui renouvelleront leur geste, et merci aux nouveaux. La souscription permettra d’être prioritaire sur des offres spéciales plus nombreuses (voir la page dédiée à ces offres).

Les conditions d’abonnement se trouvent ici.

Didier Rykner

Notes

[1Nous avions indiqué 4300, par erreur. En réalité, la fréquentation est bien de 5300 visites par jour.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.