Le Buisson Ardent de Nicolas Froment restauré

Nicolas Froment (connu en 1461-1483/84)
Triptyque du Buisson Ardent, après restauration
Détrempe sur toile marouflée sur panneau - 410 x 305 cm
Aix-en-Provence, Cathédrale Saint-Sauveur
Photo : JB
Voir l´image dans sa page

4/8/10 – Restauration – Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur – Le célèbre triptyque du Buisson Ardent (ill.) de Nicolas Froment, peint en 1475-1476 pour la chapelle funéraire du Roi René dans l’église des Grands-Carmes d’Aix-en-Provence, est conservé depuis le début du XIXe siècle dans la cathédrale Saint-Sauveur. Depuis plusieurs années [1], il n’était plus visible car il faisait l’objet d’une restauration approfondie. Celle-ci, menée in situ dans une chapelle de l’édifice fermée au public, a coûté au total 150 000 € [2].

L’œuvre est peinte sur une toile marouflée sur des planches de peuplier. La restauration, suivie par un comité scientifique spécialement constitué à cet effet, a concerné aussi bien le support que la couche picturale. Après traitement curatif du bois, l’œuvre a été nettoyée et les vernis allégés. Selon le communiqué de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, l’intervention de retouche a été minimaliste, seules certaines lacunes ayant été réintégrées a trateggio et les usures trop voyantes aplanies par un léger glacis. Au final, conclut-il curieusement, « la peinture a conservé son aspect ancien », ce qui est tout de même la moindre des choses.

Le triptyque est désormais accessible au public et sera installé prochainement au-dessus de l’autel de la chapelle Saint-Lazare.

English version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.