Le château de la Mothe-Chandeniers sauvé grâce à « J’adopte un château »

11/12/17 - Patrimoine - château de la Mothe-Chandeniers - Nous n’y croyions pas beaucoup : après l’échec - relatif, car il a été finalement acquis par un propriétaire qui s’engage à le restaurer - du rachat du château de Paluel (voir la brève du 21/9/17) par souscription publique lancée par l’association « J’adopte un château », celle-ci s’était alors tournée vers le rachat d’un autre monument, le château de la Mothe-Chandeniers.


1. Château de la Mothe-Chandeniers, état actuel
Photo : Pierre Mairé (CC BY 2.5)
Voir l´image dans sa page
2. Château de la Mothe-Chandeniers avant l’incendie
Carte postale ancienne
Voir l´image dans sa page

Ce dernier (ill. 1), encore en plus mauvais état si possible que le Paluel, était vendu 500 000 €, un prix qui nous paraissait un peu élevé, d’autant que la souscription (qui se montait alors à ce montant précis) ne permettait pas de travaux. Nous avions alors laissé notre contribution, mais sans penser que la souscription finirait par réussir, d’autant que beaucoup de souscripteurs de la première heure avaient retiré leur don (à un moment, la somme recueillie était passée sous les 350 000 €).
Et pourtant : ce n’est pas un succès, en définitive, c’est un triomphe. Non seulement les 500 000 euros ont été atteints, mais ce plafond a été pulvérisé puisqu’à l’heure où nous écrivons cette brève, 1 112 696 € ont déjà été réunis (il reste encore 14 jours pour participer à la souscription).

Le château de la Motte-Chandeniers remonte au XIIIe siècle, mais son aspect actuel date largement du XIXe siècle (ill. 2), notamment d’une grande campagne de reconstruction dans les années 1870 qui lui donne une allure néogothique, planté au milieu de l’eau. Ce côté romantique est accentué encore par le désastre qui s’abat sur l’édifice en 1932 lorsqu’un incendie le détruit très largement, ne laissant debout que les murs et quelques parties dont la chapelle. Depuis, abandonné, il a été envahi par la végétation, des arbres poussant même au sein de l’édifice.
Non protégé par les monuments historiques, le château menace de disparaître lorsqu’une association se crée en 2016 qui a eu l’idée de solliciter « Adopte un château » et la plateforme de financement participatif Dartagnans qui se sont associés pour lancer cette opération.

Avec l’argent réuni - il est encore temps de participer - les dépendances seront aménagées pour pouvoir accueillir des activités de réception et d’accueil des visiteurs, et des travaux de consolidation et de sécurisation seront lancés sur le château, en priorité sur les deux tours qui conservent encore une partie de leur charpente et de leur toiture. Le devenir du château - il faudra demander sa protection au titre des monuments historiques - sera décidé conjointement par tous les actionnaires, mais la préférence de l’association est plutôt de figer le monument dans son état actuel plutôt que de le reconstruire (l’inverse donc de ce qui a été fait par exemple à Blandy-les-Tours) qui nous semble effectivement la bonne solution. Il vous est toujours possible de participer à cette aventure en devenant également copropriétaire du château, à partir d’ici.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.