Le Musée d’Orsay achète une œuvre d’Emile Gallé

23/5/19 - Acquisition - Paris, Musée d’Orsay - « Ainsi me devez tenir en vo servage ». La devise est sibylline, qui apparaît sur le cou d’un dragon en verre soufflé (ill. 1). Cette œuvre d’Emile Gallé a été acquise pour 244 600 euros avec les frais par le Musée d’Orsay à l’occasion d’une vente Artcurial qui se tenait à Paris le 21 mai dernier.


1. Émile Gallé (1846-1904)
Dragon héraldique  vers 1894
Verre - 29 x 27 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Artcurial
Voir l´image dans sa page

Elle avait été proposée en mars par Gros et Delettrez (retirée avant la vente) dont la notice du catalogue signale que la citation du cou se retrouve dans une ballade de Guillaume de Machaut au XIVe siècle. Quant à la forme, Amélie Marcilhac suggère que l’artiste s’est inspiré d’un dragon en cristal de roche qui a appartenu au cardinal Mazarin, ainsi que d’un dragon en jaspe de Louis XIV, tous les deux conservés au Louvre.


2. Les Parfums d’autrefois
Le dragon se trouve à droite
Photo : Artcurial
Voir l´image dans sa page
3. Détail de la photo
Photo : Artcurial
Voir l´image dans sa page

La tête et la queue sont jointes au corps par deux bagues en faïence émaillée. Le verre ambré a des trainées rouges et roses, il est parsemé d’oxydes métalliques dorés. Le corps est retravaillé à la meule.
Ce dragon a été créé pour une commode également conçue par Gallé, intitulée Les Parfums d’autrefois (ill. 2 et 3). L’ensemble fut probablement exposé en 1894 lors de l’Exposition d’Arts décoratifs à Nancy. Le dragon est ensuite signalé en 1895 au Salon des Beaux-Arts de Paris et enfin à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Louis de Fourcauld, qui commente les envois au Salon de 1895, évoque deux dragons héraldiques, mais un seul est reproduit.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.