Le portrait du prince Abbondio Rezzonico par Batoni pour le Palais Barberini

Pompeo Batoni (1798-1787)
Portrait du Prince Abbondio Rezzonico, 1766
Huile sur toile - 297,5 × 196,5 cm
Rome, Galleria Barberini
Photo : Wikimedia/Leopold
Voir l´image dans sa page

5/9/17 - Acquisition - Rome, Galerie nationale du Palais Barberini - Le musée romain possédait déjà plusieurs chefs-d’oeuvre de Pompeo Batoni, tant en sujets religieux qu’en portraits, mais aucun n’avait la somptuosité du portrait du prince Abbondio Rezzonico acquis en 2016. La toile, longtemps déposée au musée de Bassano di Grappa, a été achetée aux héritiers de la famille du modèle.

Bien connu pour ses figures de nobles anglais sur le chemin du Grand Tour, Batoni fut également peintre à la cour pontificale et exécuta les portraits de deux papes, Clément XIII et Pie VI. Le prince Rezzonico était le neveu du pape Clément XIII et avait été nommé par celui-ci, un an avant que ce portrait fut peint, sénateur de Rome, c’est-à-dire le premier magistrat de la ville. Il fallait donc traduire dans cette œuvre les contraintes de la charge et les qualités qui permettaient au prince de l’exercer, d’autant que le celui-ci n’était âgé que de vingt-quatre ans. Habillé en costume de sénateur devant le Capitole (qu’on voit au second plan), Il porte les attributs de sa charge (un sceptre et une chaine en or), tandis que son épée est appuyée sur la table à droite sur laquelle on distingue le chapeau de sénateur. À ses pieds, un putto assis auprès d’un faisceau de licteur tient une branche d’olivier, emblème de la paix civile et une balance, symbole de la Justice [1] .
Le prince conserva cette charge bien après la mort de son oncle et protégea plusieurs artistes, notamment Piranèse et Canova. Une réplique de ce tableau, plus petite, est conservée à Baltimore.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.