Le Portrait de la duchesse de Luynes trouve asile au Musée des Beaux-Arts d’Orléans

9/7/19 - Acquisition - Orléans, Musée des Beaux-Arts - Les avanies du malheureux château de Dampierre se poursuivent (voir ces articles). Comme s’il n’y avait déjà pas eu assez d’œuvres vendues, qui n’auraient jamais dû quitter le château, les nouveaux propriétaires cédaient aujourd’hui aux enchères chez Baron Ribeyre à l’hôtel Drouot une partie du mobilier qui y était encore conservé (et il semble que d’autres ventes soient encore à venir). C’est bien tout le XIXe siècle du duc de Luynes qui est ici mis à l’encan [1]. Nul doute que s’ils pouvaient se séparer aussi de la peinture murale d’Ingres, ils le feraient. Un seul mot d’ordre : le retour au XVIIe siècle. Même le mobilier du XVIIIe, pourtant certainement créé pour ce lieu, ne trouve pas grâce à leurs yeux. Si le château sera fort heureusement restauré, c’est dans un état du XVIIe siècle, comme si le XIXe n’avait pas été sans doute le grand siècle de Dampierre… Nous publierons très bientôt un article sur cet immense scandale qui dure déjà depuis des années.


1. Léon Cogniet (1794-1880)
Portrait de la duchesse de Luynes, 1865
Huile sur toile - 215 x 140 cm
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner (prise à l’hôtel Drouot le 8 juillet 2019)
Voir l´image dans sa page

Les propriétaires ont parfaitement le droit d’agir ainsi et c’est la responsabilité du ministère de la Culture de protéger le patrimoine. Une fois de plus, hélas, il n’a rien fait. Nous ne parlons même pas de sensibiliser les vendeurs à l’importance pour le château de certaines œuvres, ou de classer monument historiques les plus beaux meubles vendus aujourd’hui à Drouot, ce qui aurait été facile à faire car les estimations étaient ridicules alors que leur importance est majeure. Mais personne du ministère de la Culture n’est même allé voir les œuvres qui devaient passer en vente ou n’a prévenu les musées, alors qu’il avait été informé de la vente il y a environ une semaine par l’association Sites et Monuments. On se demande vraiment à quoi sert la Direction générale des Patrimoines… Si Olivia Voisin, directrice des Musées d’Orléans, n’avait pas regardé hier à 22 h le site de l’hôtel Drouot, elle n’aurait pas pu repérer qu’un très grand portrait vendu comme anonyme et représentant la duchesse d’Uzès n’était autre que celui de la duchesse de Luynes peint par Léon Cogniet et dont les spécialistes de l’artiste savent qu’il était conservé au château de Dampierre depuis toujours.


2. Léon Cogniet (1794-1880)
Portrait de la duchesse de Luynes
Huile sur toile - 21 x 16 cm
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA d’Orléans
Voir l´image dans sa page
2. Léon Cogniet (1794-1880)
Portrait de la duchesse de Luynes avec son cadre
Huile sur papier marouflé sur panneau - 27,7 x 19 cm
Collection particulière
Photo : Pillon Enchères
Voir l´image dans sa page

Heureusement, la conservatrice a pu obtenir en une journée l’autorisation de la délégation permanente et du grand département pour acheter l’œuvre. Il était trop tard en revanche pour pouvoir préempter et le tableau, finalement vendu au dernier moment sous le nom de son auteur, a pu être acquis pour 17 000 € sans les frais, ce qui reste néanmoins très raisonnable.
Le Musée d’Orléans conserve déjà dans son fonds Léon Cogniet donné par la veuve du peintre une esquisse préparatoire à ce tableau (ill. 2). Une autre étude peinte passée en vente à Versailles le 12 juin 2016 (ill. 3) a pu être acquise par un collectionneur qui a promis de le donner au Musée des Beaux-Arts. Cette dernière esquisse montre le tableau avec son cadre d’origine, dessiné par Cogniet, qu’il conserve encore. Voilà donc une petite consolation à un désastre patrimonial encore en cours.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.