Le portrait de Murat par Gérard acquis par le Musée de l’Armée

24/3/17 - Acquisition - Paris, Musée de l’Armée - Le Portrait de Joachim Murat en tenue de maréchal d’Empire, par François Gérard (ill. 1), était déposé au Musée de l’Armée depuis 1997, mais il appartenait encore à ses descendants en ligne directe. Lorsque la famille voulut le vendre, en 2015, le tableau se vit refuser son certificat d’exportation par le ministère de la Culture sur avis de la Commission consultative des trésors nationaux.


1. François Gérard (1764-1815)
Joachim Murat en Maréchal de l’Empire, 1805
Huile sur toile - 243,4 x 168,5 cm
Paris, Musée de l’Armée
Photo : RMN-GP
Voir l´image dans sa page
2. François Gérard (1764-1815)
Joachim Murat en grand uniforme
d’amiral de France
, 1805
Huile sur toile - 32 x 21 cm
Versailles, Musée national du château
Photo : RMN-GP/G. Blot
Voir l´image dans sa page

Celle-ci avait en effet considéré, à juste titre, qu’il s’agissait non seulement de la première version de ce portrait, peinte en 1805, mais aussi du plus bel exemplaire connu, les deux autres étant une réplique ou copie tardive conservée à Fontainebleau, et une autre réplique, signée, conservée à la Chartreuse de San Martino à Naples, d’une qualité d’exécution moindre. Ce portrait, commande de Vivant-Denon, était destiné au Palais des Tuileries avec dix-sept autres portraits de maréchaux peints par divers artistes (Gros, Kinson, Vien, Robert Lefèvre...), mais il ne fut pas mis en place [1] et remplacé par une copie qui brûla en 1871.
Considéré comme entièrement autographe, ce portrait a donc heureusement pu être acheté par le Musée de l’Armée avec des fonds accordés exceptionnellement par le ministère de la Défense et la participation du Fonds du Patrimoine. Il rejoint définitivement un autre portrait de François Gérard que conservait déjà le musée, celui de Marie Walewska, légué en 1986.

L’artiste a peint à de nombreuses reprises Joachim Murat. Dans la rétrospective de Fontainebleau consacrée à Gérard portraitiste (voir l’article) était exposé celui de 1801 le représentant en uniforme de colonel des chasseurs à cheval de la garde des Consuls, ainsi qu’un dessin (Chalon-sur-Saône, Musée Vivant-Denon) préparatoire à un portrait en buste conservé dans une collection privée. Versailles possède par ailleurs une réduction autographe (ill. 2) du portrait de Murat en grand uniforme d’amiral de France, peint en 1805 également [2] et dont l’attitude et l’arrière-plan sont très proches de celui acheté par le Musée de l’Armée.

Cet été, le Musée Fesch d’Ajaccio consacrera une exposition à Caroline Murat (nous en rendrons compte sur ce site) où figurera ce tableau nouvellement acquis.

Didier Rykner

Notes

[1Selon l’avis de la Commission consultative des trésors nationaux, la raison pour laquelle le tableau ne fut pas mise en place serait probablement un différent entre le peintre et son commanditaire Vivant-Denon.

[2Ce grand portrait est conservé à Malmaison si l’on en croit la notice de la base Joconde, mais nous n’en avons pas trouvé de photo.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.