Le projet Cardin annulé à Venise, épargnons à Paris la tour Triangle

La tour Triangle
© Herzog & de Meuron, Kentaro Ishida, Raymond Jr. Gaëtan
Voir l´image dans sa page

La nouvelle est confirmée : Pierre Cardin ne fera pas édifier à Venise la tour qu’il appelait pompeusement « Palais Lumière » (voir l’article). La levée de boucliers qui a accompagné cette annonce aura finalement servi et Venise se verra épargnée. Selon le Corriere del Veneto, le projet ne serait cependant pas abandonné mais pourrait être réalisé en Chine ou au Brésil.

Cette folie des tours, présentées comme des parangons de modernité, ne touchera donc pas Venise. Que les autorités de la ville aient donné leur accord à un tel projet, et qu’elles soient en train de se lamenter de son abandon, en dit long sur l’état de déliquescence d’une partie de l’Italie, prête à sacrifier son patrimoine auquel elle consacre déjà de moins en moins d’argent.
Mais nous aurions tort de nous gausser. Car à Paris, la municipalité actuelle entend bien, contre l’avis de la population, faire passer en force ses nombreux projets d’immeubles de grande hauteur. Le constat que nous dressions il y a cinq ans dans les colonnes du Monde est toujours d’actualité.

Les tours ne sont pas modernes, elles ne sont pas écologiques, elles ne sont pas économes d’espace. Toutes les villes n’ont pas vocation à se ressembler. La mairie nous explique que les erreurs des années 70 ont été corrigées et que les immeubles seraient de qualité : il suffit de regarder l’affreuse tour Triangle pour comprendre que, là comme ailleurs, Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo se moquent de nous. Heureusement, la fronde contre cet édifice se développe de plus en plus, grâce à l’action incessante des associations réunies au sein d’un Collectif contre la Tour Triangle. Inutile de préciser que La Tribune de l’Art s’associe entièrement à son action.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.