Le Salon du Dessin 2011

1. Luigi Valadier (1726-1785)
Projet d’Autel de San Camillo de Lellis
pour l’église San Maria Maddalena à Rome

Plume, encre brune, lavis gris, brun et bleu - 43 x 57,1 cm
Trinity Fine Art
Photo : Trinity Fine Art
Voir l´image dans sa page

1/4/11 - Marché de l’art - Paris - Plus que jamais, Paris est devenu pendant quelques jours la capitale mondiale du dessin. Ce succès extraordinaire dont on espère qu’il se renouvelera en novembre prochain avec la peinture, on le doit bien entendu au Salon qui a ouvert ses portes mercredi 30 mars.

Dès la veille, le 29 mars, soir de l’inauguration, les choses ont remarquablement commencé pour les exposants qui n’avaient jamais vu autant de ventes réalisées en aussi peu de temps (certaines galeries ont vendu jusqu’à 15 dessins ce jour là !). N’ayant malheureusement pas pu assister à ce vernissage, et certaines feuilles ayant déjà été emportées par leurs nouveaux propriétaires, il est possible que des œuvres importantes nous aient échappées. Quoi qu’il en soit, et comme nous le faisons chaque année, nous nous contenterons ici de butiner au gré de notre humeur les dessins qui nous paraissent remarquable à un titre ou à un autre (et même si nous ne parlerons pratiquement pas de ceux du XXe siècle, les exposants spécialisés dans cette époque présentaient de nombreuses feuilles intéressantes).

On remarquera tout d’abord, à l’entrée du Salon, le stand de Trinity Fine Art qui tranche sur les autres puisqu’il est entièrement dédié à un seul artiste, l’orfèvre Luigi Valadier (un catalogue est édité à cette occasion). Parmi tous ces dessins, nous retiendrons un magnifique projet pour un autel soutenu par deux anges (ill. 1).


2. Eugène Fromentin (1820-1876)
La chasse au lion
Crayon et rehauts de blanc - 110 x 72,5 cm
Galerie Jean-François Baroni
Photo : Galerie Jean-François Baroni
Voir l´image dans sa page
3. Eugène Fromentin (1820-1876)
La chasse au lion
Huile sur toile - 109,5 x 73 cm
Collection particulière
Photo : D. R.
Photo : Galerie Jean-François Baroni
Voir l´image dans sa page

Les dessins spectaculaires sont nombreux. Nous retiendrons notamment, galerie Jean-François Baroni, une étude préparatoire à grandeur d’exécution (ill. 2) pour un tableau aujourd’hui conservé en collection privé (ill. 3), par Eugène Fromentin. Galerie de La Scala, une immense aquarelle d’Henri Harpignies, tout à fait extraordinaire pour cet article, représente L’Ile de la Cité (ill. 4). En remontant dans le temps, galerie Eric Coatalem, c’est une œuvre à la fois belle, techniquement étonnante et historiquement très importante qui attend le visiteur : là encore, il s’agit du chef-d’œuvre d’un artiste souvent plus modeste, Jean-Michel Moreau le Jeune (ill. 5), qui décrit minutieusement les pompes de la cérémonie du Sacre de Louis XVI dans le chœur de la cathédrale de Reims aménagé d’un décor éphémère pour l’occasion.


4. Henri Harpignies (1819-1916)
L’Ile de la Cité
Aquarelle et gouache - 60 x 100 cm
Galerie de La Scala
Photo : Galerie de La Scala
Voir l´image dans sa page
5. Jean-Michel Moreau, dit le Jeune (1741-1814)
Le Sacre du roi Louis XVI
Encre et lavis d’encre - 51,5 x 80,6 cm
Galerie Eric Coatalem
Photo : Galerie Eric Coatalem
Voir l´image dans sa page

On citera encore deux grandes feuilles, par la taille et par la qualité : la première, chez Pandora Old Masters est due à Gustave Doré dont la jeune mendiante (ill. 6) est presque grandeur nature ; la seconde, galerie Terradès, par Charles Meynier, est une scène très aboutie, à la plume, au lavis et aux rehauts de blanc, représente un sujet rare, Le Philosophe Bias rachetant les esclaves (ill. 7), préparatoire au dernier tableau peint par l’artiste, laissé inachevé et seulement connu aujourd’hui par deux fragments.


6. Gustave Doré (1832-1883)
Une jeune mendiante à White Chapel
Aquarelle et crayon - 127 x 64,8 cm
Pandora Old Masters
Photo : Pandora Old Masters
Voir l´image dans sa page
7. Charles Meynier (1763-1832)
Le Philosophe Bias rachetant les esclaves, vers 1825
Pierre noire, plume et encre brune, lavis brun, rehauts de gouache blanche - 41 x 63 cm
Galerie Terradès
Photo : Galerie Terradès
Voir l´image dans sa page

Mais la taille est évidemment loin d’être le seul critère déterminant la qualité d’un dessin. Assez petit, le seul Goya présenté au Salon du dessin cette année, chez Jean-Luc Baroni, est une pure merveille (ill. 8). Il provient de l’album connu sous le nom de F, Images d’Espagne.
Egalement de dimensions réduites, chez Agnew’s, une aquarelle sur peau de chamois représentant La Présentation de la Vierge (ill. 9), véritable tableau miniature, est une œuvre de Luca Giordano comme on en voit peu, d’un artiste pourtant particulièrement productif.


8. Francisco Goya (1746-1828)
Le chasseur d’aigles
Lavis d’encre brune - 20 x 14 cm
Galerie Jean-Luc Baroni
Photo : Galerie Jean-Luc Baroni
Voir l´image dans sa page
9. Luca Giordano (1634-1705)
La Présentation de la Vierge
Gouache sur peau de chamois, marouflée sur panneau - 26 x 34,5 cm
Agnew’s
Photo : Agnew’s
Voir l´image dans sa page

On citera encore quatre dessins parmi tous ceux dont nous aurions pu parler. Une Vierge à l’enfant (ill. 10) très typique de Giovanni Benedetto Castiglione, l’un des dessinateurs les plus aisément reconnaissables, chez Brady, un épisode de L’Enfer de Dante par Felice Giani, chez Colnaghi (ill. 11), un rare dessin de Charles Dulac chez Talabardon & Gautier (ill. 12) et, enfin, un portrait de femme au trois crayons par François Boucher chez Day & Faber (ill. 13).


10. Giovanni Battista Castiglione (1609-1665)
La Vierge à l’enfant avec putti
Huile sur papier - 35,2 x 25,7 m
W.M. Brady & Co
Photo : W.M. Brady & Co
Voir l´image dans sa page
11. Felice Giani (1758-1823)
Dante s’évanouit après avoir entendu l’histoire de Francesca
Plume et encre brune, lavis brun, aquarelle - 27,9 x 40,6 cm
Galerie Colnaghi
Photo : Galerie Colnaghi
Voir l´image dans sa page

12. Charles-Marie Dulac (1865-1898)
Allée en forêt
Plume, encre de Chine et rehauts de craie blanche - 31,5 x 48 cm
Galerie Talabardon & Gautier
Photo : Talabardon & Gautier
Voir l´image dans sa page
13. François Boucher (1703-1770)
Charlotta Sparre
Sanguine, pierre noire et craie blanche - 34,3 x 26,5 cm
Day & Faber
Photo : Day & Faber
Voir l´image dans sa page

Pour conclure, après avoir signalé comme chaque année le stand des anonymes qui permet toujours de découvrir de beaux dessins qui finiront immanquablement par trouver leur identité, on ne pourra ignorer, évidemment, le seul endroit où les dessins ne sont pas à vendre. Il s’agit de quelques-unes des plus belles feuilles du musée des Beaux-Arts de Rouen (voir brève du 5/1/11). Si l’on se réjouit de voir ces œuvres de qualité exceptionnelle, dont certaines sont d’ailleurs très bien connues, il aurait cependant été plus astucieux d’y montrer, là aussi, les plus beaux anonymes pour profiter du passage des meilleurs spécialistes mondiaux qui auraient probablement permis d’en identifier certains.

Informations pratiques : Du 30 mars au 4 avril 2011. Palais de la Bourse, Place de la Bourse, 75002 Paris. Horaires : de 12 h à 21 h.

Site du Salon du Dessin.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.