Les dessins et estampes de l’Ensba exposés à Rouen

1. Francesco Mazzuola,
dit Le Parmesan (1503-1540)
Tête de jeune homme
Pastel - 28 x 19 cm
Paris, Ecole nationale supérieure des beaux-arts
Photo : Ensba
Voir l´image dans sa page

24/11/11 - Exposition - Rouen, Musée des Beaux-Arts - L’accrochage du cabinet Jean Bonna de l’Ecole des beaux-arts consacré aux dessins et gravures du Parmesan est actuellement présenté au Musée des Beaux-Arts de Rouen (avant Ajaccio) où nous avons pu le voir, ce que nous n’avions pu faire à Paris. C’est l’occasion une nouvelle fois de souligner l’intérêt de ces expositions qui sont systématiquement accompagnées d’un catalogue fort utile.

Celui-ci en est une nouvelle fois la preuve, puisqu’il étudie d’une manière approfondie la collection de l’artiste conservée à l’ENSBA, ainsi que la dizaine de feuilles appartenant au collectionneur suisse. Si ces dernières ne sont pas présentées à Rouen, l’exposition s’est enrichie d’estampes appartenant aux collections de la ville. Le nombre de pièces n’est donc pas très important, mais leur qualité compense cela. Parmigianino est en effet non seulement un très grand dessinateur, il est aussi un graveur fascinant qui travailla directement à l’eau-forte et, en collaboration avec Ugo da Carpi, Giuseppi Niccolo Rossigliani, dit Vicentino et surtout Antonio da Trento, ces estampes en clair-obscur qui donnent leur nom à l’exposition. Cette technique consiste à réaliser, à partir d’un dessin, trois ou quatre planches gravées sur bois, chacune encrée d’une couleur différente. L’impression sur une même feuille, donne un résultat dont l’aspect est proche d’un dessin au lavis.


2. Ugo da Carpi (vers 1468/70-1532)
d’après Francesco Mazzuola,
dit Le Parmesan (1503-1540)
Diogène, vers 1526-1527
Gravure sur bois - 47 x 34,5 cm
Paris, Ecole nationale supérieure des beaux-arts
Photo : Ensba
Voir l´image dans sa page

Les collections de l’Ecole des beaux-arts comptent quelques chefs-d’œuvre dans les deux techniques. Des dix dessins, nous retiendrons notamment une Tête de jeune homme au pastel (ill. 1), rare chez Parmesan, et une étude à la sanguine pour le Christ enfant préparatoire pour la Vision de saint Jérôme de la National Gallery de Londres. Les estampes, provenant pour l’essentiel de la collection Jean Masson, sont toutes spectaculaires. Certaines, telle que Diogène d’Ugo da Carpi (ill. 2), ou Le Martyre de saint Pierre et saint Paul, d’Antonio da Trento sont présentées dans deux états, de coloris légèrement différents. Cela montre que, bien qu’il s’agisse de multiples, les différentes qualités d’impression et la manière dont les couleurs sont disposées sur la feuille (remarquons au passage l’incroyable habileté des graveurs qui devaient réaliser plusieurs bois se superposant parfaitement) fait de chaque feuille un exemplaire unique.

Collectif, Parmesan. Dessins et gravures en clair-obscur, Editions Beaux-Arts de Paris, 2011, 160 p., 22 €. ISBN : 9782840563464. Site Internet du musée.

L’exposition a lieu au Musée des Beaux-Arts de Rouen jusqu’au 18 décembre 2011. Elle aura lieu du 28 juin au 1er octobre 2012 au Musée Fesch d’Ajaccio.

English version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.