Les reliefs de Pierre Julien retournent à Rambouillet

18/3/07 – Patrimoine – Rambouillet, Laiterie de la Reine – En 2003, l’Etat français recevait en dation, de la famille Wildenstein, l’extraordinaire ensemble de reliefs en marbre sculptés par Pierre Julien pour la Laiterie de la Reine à Rambouillet (ill. 1). Ceux-ci furent exposés au Puy lors de la rétrospective consacrée à cet artiste (voir notre article).
Le retour à leur emplacement d’origine pourrait paraître la solution la plus raisonnable. Cependant, la Laiterie de Rambouillet a été remaniée sous Napoléon Ier. Les sept reliefs et le groupe sculpté (Amalthée et la chèvre de Jupiter) furent enlevés, le décor (sol et mur) transformé, les objets qui l’ornaient retirés (des vases, un mobilier de Jacob sur des dessins d’Hubert Robert, aujourd’hui conservé à Versailles,...). Si le gros œuvre existe toujours, l’ensemble reflète aujourd’hui davantage un état Premier Empire. De plus, cet endroit, qui fait partie du domaine présidentiel, n’est accessible au public que de manière restreinte.


1. Pierre Julien (1731-1804)
Une mère allaitant son enfant, 1785-1787
Marbre - Diamètre : 65 cm
Rambouillet, Laiterie de la Reine
Photo : Archives WIldenstein
Voir l´image dans sa page
2. Pierre Julien
Amalthée et la chèvre de Jupiter
Marbre - 174 x 105 x 80 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Un débat réel devrait être engagé à ce sujet. Cette dation, l’une des plus importantes depuis que ce dispositif existe, pourrait rejoindre au Louvre Amalthée (ill. 2) qui y est revenue récemment - elle est exposée cour Puget - pour être conservée dans les meilleures conditions et accessible au plus grand nombre, d’autant que Guy Wildenstein aurait proposé de financer l’installation des reliefs dans une muséographie permettant d’évoquer la disposition d’origine.
Le débat n’aura pas lieu, en raison d’un caprice de l’épouse du chef de l’Etat. L’ordre vient en effet directement de l’Elysée, Bernadette Chirac ayant décidé que les sculptures devaient revenir dans le domaine présidentiel. Le Louvre a été placé devant le fait accompli et les Monuments Historiques sont donc en train de réinstaller les reliefs. Intervention du politique dans une décision qui devrait être scientifique et patrimoniale, voilà tout ce que dénonce régulièrement La Tribune de l’Art. Espérons, au moins, que la Laiterie sera ouverte plus largement.

Sur la Laiterie de la Reine, outre le catalogue de l’exposition Pierre Julien dont on trouvera les références dans l’article, on pourra consulter : Joseph Baillio, Les bas-reliefs de Pierre Julien pour la Laiterie de la Reine à Rambouillet - Collection Wildenstein, Wildenstein, n.s., 2002.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.