Lieferinxe ou Changenet ? Un panneau de la fin du XVe siècle offert par les Amis du Louvre

15/01/19 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - Si l’attribution exacte du tableau (ill. 1) que vient d’offrir les Amis du Louvre au musée n’est pas certaine, sa qualité et sa rareté ne font aucun doute. Identifié par le marchand de tableaux Hubert Duchemin par l’intermédiaire duquel il a été acquis, il semble en revanche certain qu’il faisait partie d’un polyptyque, un retable de la Vie de la Vierge, dont plusieurs panneaux sont déjà connus et conservés dans différents musées.


1. Attribué à Josse Lieferinxe (connu de 1493 à 1505/1508) ou
Jean II Changenet (documenté de 1485 à 1495)
Assomption de la Vierge, recto
Huile sur panneau double face - 80 x 60 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Galerie Hubert Duchemin
Voir l´image dans sa page

L’état de la recherche est fragmentaire, autant que l’est ce retable, et complexe à reconstituer. L’article à paraître de Sophie Caron dans la Revue des Musées de France permettra sans doute d’en savoir davantage, et nous ne pouvons ici que donner quelques éléments, essentiellement sur l’attribution de l’œuvre : si le nom le plus souvent retenu reste celui de Josse Lieferinxe, il semble que celui de Jean II Changenet, son beau-frère, ne puisse être exclu.

La personnalité de Josse Lieferinxe [1], né à Lieferinxe, non loin d’Enghien, qui fut actif essentiellement à Marseille et Aix-en-Provence, a été reconstituée par Charles Sterling qui proposa en 1941 et 1942 de lui attribuer quatre panneaux représentant la légende de Saint Sébastien. Par la suite, d’autres œuvres lui furent données, parmi lesquelles quatre panneaux de la Vie de la Vierge : L’Annonciation (Musée du Petit Palais d’Avignon), Le Mariage de la Vierge (Musée des Beaux-Arts de Bruxelles), L’Adoration de l’Enfant (panneau mutilé conservé au Louvre - ill. 2) et La Circoncision (Musée du Petit Palais d’Avignon). Charles Sterling pensait aussi qu’un Calvaire, acheté par le Louvre en 1962, constituait la partie centrale de ce retable, mais cette idée fut contestée par Michel Laclotte et Dominique Thébaut pour lesquels ce panneau n’appartenait pas au même ensemble. Un cinquième panneau, La Visitation, également fragmentaire (ill. 3), est apparu en 1991 et fut acquis, déjà, par les Amis du Louvre.


2. Attribué à Josse Lieferinxe (connu de 1493 à 1505/1508) ou Jean II Changenet (documenté de 1485 à 1495)
Visitation, recto
Huile sur panneau double face - 38 x 47 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Photo : Musée du Louvre/A. Dequier-M. Bard
Voir l´image dans sa page
3. Attribué à Josse Lieferinxe (connu de 1493 à 1505/1508) ou Jean II Changenet (documenté de 1485 à 1495)
Adoration de l’Enfant, recto
Huile sur panneau double face - 38 x 47 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre/A. Dequier-M. Bard
Voir l´image dans sa page

Si à la fois le retable de Saint-Sébastien et celui de la Vie de la Vierge étaient reconnus comme de Lieferinxe, ces fragiles certitudes furent bousculés par les études de Carmen Teodorescu parues récemment, en 2016, dans l’ouvrage Peindre à Dijon au XVIe siècle [2]. Si celle-ci maintient l’attribution à Lieferinxe du cycle de Saint-Sébastien, elle propose avec prudence d’attribuer le retable de la Vie de la Vierge, auquel se rattache le panneau nouvellement entré au Louvre, à Jean II Changenet, sans doute le fils du peintre Jean I Changenet (dont la fille avait épousé Josse Lieferinxe) [3].


4. Attribué à Josse Lieferinxe (connu de 1493 à 1505/1508) ou
Jean II Changenet (documenté de 1485 à 1495)
Jérémie, verso
Huile sur panneau double face - 80 x 60 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Galerie Hubert Duchemin
Voir l´image dans sa page

Quoi qu’il en soit, il reste que L’Assomption de la Vierge nouvellement acquise par le Louvre, et qui comme les autres panneaux du cycle présente un revers sur lequel est peint l’apôtre Jérémie (ill. 4), est une œuvre de grande qualité, par ailleurs - au moins pour le recto - dans un excellent état de conservation, malgré un fort encrassement et un vernis jauni.
Ce tableau viendra donc, après restauration, rejoindre au Louvre La Visitation et L’Adoration de l’Enfant, qui appartenaient au même ensemble.

Didier Rykner

Notes

[1Nous nous basons pour écrire cette brève essentiellement sur l’article de Dominique Thiébaut publié dans les mélanges offertes à Michel Laclotte (Hommage à Michel Laclotte. Études sur la peinture du Moyen Âge et de la Renaissance) intitulé « Josse Lieferinxe et son influence en Provence : quelques nouvelles propositions », ainsi que sur des éléments bibliographiques fournis par Amélie du Closel de la galerie Hubert Duchemin.

[2Ce livre fait partie d’un projet intitulé : Peindre en France à la Renaissance sur lequel nous reviendrons rapidement.

[3Quant au Calvaire du Louvre (qui aurait été peint pour le Parlement de Bourgogne), elle le donne à un maître qui pourrait être Henri Changenet, neveu de Jean II Changenet.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.