Maîtres du dessin européen du XVIe au XXe siècle. La collection Georges Pébereau

Paris, musée du Louvre du 22 novembre 2009 au 22 février 2010.

1. Francesco Vanni (1562-1610)
Le Pardon de saint François d’Assise
Huile sur papier marouflé sur toile - 28,1 x 18,5 cm
Paris, collection Georges Pébereau
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page

Est-il légitime d’exposer des collections privées au Louvre ? La réponse est certainement oui lorsque celles-ci sont d’une qualité digne de ce musée. C’était le cas de celle de Louis-Antoine Prat ou encore de celle des Motais de Narbonne qui sera montrée au printemps [1].

Peut-on en dire autant de la collection de Georges Pébereau ? Pierre Rosenberg a coutume de dire que pour bien collectionner il faut du temps, de l’argent, des connaissances. On devrait ajouter : du goût. Georges Pébereau, incontestablement, a de l’argent. Mais on ne peut se contenter d’aligner côte à côte des grands noms - Castiglione (ill. 17), Poussin, Le Brun, Watteau, Boucher, G.B. Tiepolo, Greuze, Prud’hon, Corot, Toulouse-Lautrec, Seurat, Cézanne, Carpeaux - sans se préoccuper de leur qualité.
Il faut cependant être juste, certaines feuilles sont d’un très haut niveau : le Francesco Vanni (ill. 1), acquis au Salon du Dessin 2009 et dont nous avions d’ailleurs parlé à cette occasion, est un chef-d’œuvre, ainsi que le Fragonard, le David provenant de la vente Saint-Laurent et Bergé (ill. 2), le Girodet, le Géricault, l’aquarelle de Paolo et Francesca de Delacroix (ill. 3), le Portrait d’Oscar de Ronchicourt de Chassériau, le grand Puvis de Chavannes ou le Carlos Schwabe... Peut-être un quart des quatre-vingt trois dessins exposés sont dignes du Louvre. Hélas, ce ne sont pas eux qui lui ont été offerts.


2. Jacques-Louis David (1748-1825)
Portrait d’un inconnu, dit de Saint-Estève
Mine de plomb, plume et encre noire,
lavis brun et rehauts de blanc - D. 18 cm
Paris, collection Georges Pébereau
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page


3. Eugène Delacroix (1798-1863)
Paolo et Francesca
Aquarelle - 28,5 x 21,5 cm
Paris, collection Georges Pébereau
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page

Une règle non écrite veut en effet que les collectionneurs, pour remercier un musée de montrer leurs œuvres, lui fassent un don. Celui de Georges Pébereau est accroché en grande pompe dans l’une des salles, et il est difficile de l’ignorer car cela est écrit en gros au-dessus de chaque feuille. La donation est faite sous réserve d’usufruit, non du collectionneur comme les textes des cartels et du catalogue le laissent croire par une omission pudique, mais de sa petite-fille ! Ces huit œuvres ne devraient donc sans doute entrer réellement au Louvre - en tout cas nous l’espérons pour cette jeune femme - que dans soixante-dix ans. A vrai dire, elles ne lui manqueront pas beaucoup [2]. Nous glisserons rapidement sur celle attribuée à Castiglione (ill. 17) pour ne rien dire du Honthorst (ill. 18) qui n’a pour intérêt que sa rareté. Seule la Cène de Simon Vouet (ill. 4) et peut-être le Boilly (ill. 20) sont véritablement des feuilles que les conservateurs des générations futures seront heureux de pouvoir compter dans leur fonds. Compte tenu de la valorisation que cette exposition donnera à la collection, est-ce vraiment au Louvre de remercier Georges Pébereau, et non le contraire ?


4. Simon Vouet (1590-1649)
La Cène
Sanguine, pinceau, lavis beige -
20,8 x 18,7 cm
Paris, Musée du Louvre
(donné sous réserve d’usufruit
de la petite-fille de Georges Pébereau)
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


5. Friedrich Overbeck (1789-1869)
La Vierge à l’Enfant entourée de deux anges
Crayon graphite, lavis gris - 45,6 x 46,2 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page

L’accrochage est aussi l’occasion de montrer pour la première fois quelques-uns des dessins acquis par dation en 2008 et en 2009. Quand le collectionneur s’éloigne des grands noms obligés pour explorer le domaine du dessin allemand du XIXe siècle, beaucoup moins attendu, il choisit avec davantage de discernement [3]. Le Friedrich Overbeck (ill. 5), fort beau et parfaitement typique de l’artiste comme les deux portraits respectivement de Johann Gottfried Schadow et Wilhelm von Schadow (ill. 7 et 8) sont de bons témoignages de l’art nazaréen allemand si mal représenté en France. Il est d’ailleurs dommage que les autres feuilles de cette collection entrées par dation ne soient pas exposées.

Nous conclurons cet article en listant l’ensemble des œuvres de la collection Pébereau acquises par dation, et celles données sous réserve d’usufruit de sa petite fille.

Dations :

- Christoffer Wilhelm Eckersberg, Le Pont de la corvette Najaden (ill. 6)


6. Christoffer Wilhelm Eckersberg (1783-1853)
Le Pont de la corvette Najaden
Crayon noir, plume, encre et lavis gris - 21,5 x 19 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Johann Gottfried Schadow, Portrait de Charlotte Susanna Juliane Schadow (ill. 7)


7. Johann Gottfried Schadow (1764-1850)
Portrait de Charlotte Susanna Juliane Schadow
Pierre noire, rehauts de blanc - 33,5 x 27,6 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Wilhelm von Schadow, Portrait de Christian Friedrich Gottlieb Schadow (ill. 8)


8. Wilhelm von Schadow (1788-1862)
Portrait de Christian Friedrich Gottlieb Schadow
Pierre noire, rehauts de blanc - 32,2 x 27 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Friedrich Overbeck, La Vierge à l’Enfant entourée de deux anges (ill. 5) et Le Christ et les petits enfants (non exposé, ill. 9)


9. Friedrich Overbeck (1789-1869)
Le Christ et les petits enfants
Pierre noire - 45 x 33 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Johann Christian Reinhart, Etudes de deux arbres (ill. 10)


10. Johann Christian Reinhart (1761-1847)
Etudes de deux arbres
Pierre noire - 63 x 48,2 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Julius Schnorr von Carolsfeld, Apôtre debout, de profil vers la droite (non exposé, ill. 11)


11. Julius Schnorr von Carolsfeld (1794-1872)
Apôtre debout, de profil vers la droite
Crayon noire, encre grise, plume - 37,5 x 22,2 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Adolph von Menzel, Etude de draperie (non exposé, ill. 12)


12. Adolph von Menzel (1815-1905)
Etude de draperie
Pierre noire - 20,7 x 12,8 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN
Voir l´image dans sa page

----

- Louis Janmot (1814-1892), Scène du Poème de l’Âme (non exposé, ill. 13)


13. Louis Janmot (1814-1892)
Scène du Poème de l’Âme, 1850-1854
Pierre noire et estompe - 114 x 130 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN
Voir l´image dans sa page


- Jean-Auguste-Dominique Ingres, Etude pour le Bain turc (ill. 14)


14. Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867)
Etude pour le Bain turc
Plume et encre brune - 15,9 x 10,6 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


Dons sous réserve d’usufruit de la petite-fille du donateur :

- Lorenzo Costa, Études d’un char de triomphe suivi par un cortège de cavaliers dans un paysage (ill. 15)


15. Lorenzo Costa (1460-1535)
Etudes d’un char de triomphe suivi
par un cortège de cavaliers dans un paysage

Plume et encre brune - 16,8 x 26,2 cm
Paris, Musée du Louvre (donné sous réserve d’usufruit
de la petite-fille de Georges Pébereau)
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Giovanni Battista Tiepolo, Une déesse ailée et d’autres figures sur un nuage (ill. 16)


16. Giovanni Battista Tiepolo (1696-1770)
Une déesse ailée et d’autres figures sur un nuage
Plume et encre brune, lavis brun et
pierre noire - 29,3 x 21 cm
Paris, Musée du Louvre (donné sous
réserve d’usufruit de la petite-fille
de Georges Pébereau)
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Giovanni Benedetto Castiglione, Scène pastorale (ill. 17)


17. Giovanni Benedetto Castiglione (1609-1664)
Scène pastorale
Pinceau, huile rouge et verte - 40,5 x 52,5 cm
Paris, Musée du Louvre (donné sous réserve d’usufruit
de la petite-fille de Georges Pébereau)
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Gerrit van Honthorst, Le Roi Salomon sacrifiant aux idoles (ill. 18)


18. Gerrit van Honthorst (1590-1656)
Le Roi Salomon sacrifiant aux idoles
Plume et encre brune, lavis gris,
rehauts de blanc - 30,9 x 42,4 cm
Paris, Musée du Louvre (donné sous réserve d’usufruit
de la petite-fille de Georges Pébereau)
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Pierre Brébiette, Junon, Minerve et Vénus sur le mont Hélicon avec, à leurs pieds, les Muses en musiciennes (ill. 19)


19. Pierre Brébiette (vers 1598-1650)
Junon, Minerve et Vénus sur le mont Hélicon
avec, à leurs pieds, les Muses en musiciennes

Sanguine - 26,3 x 42,2 cm
Paris, Musée du Louvre (donné sous réserve
d’usufruit de la petite-fille de Georges Pébereau)
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Simon Vouet, La Cène (ill. 4)

- Louis-Léopold Boilly, Jeune femme moulant du café (ill. 20)


20. Louis-Léopold Boilly (1761-1845)
Jeune femme moulant du café
Pierre noire et craie blanche - 49,9 x 39,5 cm
Paris, Musée du Louvre (donné sous réserve
d’usufruit de la petite-fille de Georges Pébereau)
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


- Victor Hugo, Paysage au pont près de Salm, le château dans le fond (ill. 21)


21. Victor Hugo (1802-1885)
Paysage au pont près de Salm, le château dans le fond
Plume, encre brune, lavis brun,
rehauts d’aquarelle - 14,5 x 25,7 cm
Paris, Musée du Louvre (donné sous réserve d’usufruit
de la petite-fille de Georges Pébereau)
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page


L’excellent catalogue est publié par Somogy. De très nombreux historiens de l’art ont été sollicités pour écrire les notices, chacun dans leur spécialité. On s’amusera en constatant que le texte sur Géricault a été écrit par Tribulat Bonhomet, personnage créé par Villiers de L’Isle-Adam. Qui se cache derrière ce pseudonyme ? Le style devrait orienter vers un conservateur du Louvre ayant déjà écrit sur cet artiste...

Sous la directin de Dominique Cordellier, Louis-Antoine Prat et Carel van Tuyll van Serooskerken, Maîtres du dessin européen du XVIe au XXe siècle. La collection Georges Pébereau, Somogy Editions d’Art, 232 p., 35 €. ISBN : 9782757203026.

English version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.