Musée des Beaux-Arts d’Orléans : préemption, souscription, dons...

4 4 commentaires

16/12/17 - Acquisitions - Orléans, Musée des Beaux-Arts - Certains musées ne s’enrichissent pas en prétextant qu’ils ne disposent pas de budgets d’acquisition. Mais en exerçant une veille attentive sur le marché de l’art, il est possible d’acquérir des œuvres dignes des collections publiques pour des prix parfois ridicules. C’est ainsi que le Musée des Beaux-Arts d’Orléans, qui ne craint pas d’acheter des œuvres majeures à des prix soutenus (qu’on se rappelle, par exemple, le pastel de Jean-Baptiste Perronneau représentant Thomas Desfriches - voir la brève du 8/6/16) sait aussi s’enrichir à moindre frais. Il vient en effet de préempter dans la vente Carrère et Laborie à Pau, aujourd’hui 16 décembre, une très grande huile sur toile décorative de René-Marie Castaing, artiste d’origine paloise qui fut Prix de Rome en 1924 pour… 1700 € hors frais !


1. René-Marie Castaing (1896-1943)
Prise de la bastille des Tourelles par Jeanne d’Arc
le 7 mai 1429
, vers 1934
Huile sur toile - 246 x 490 cm
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : D. R.
Voir l´image dans sa page
2. René-Marie Castaing (1896-1943)
Prise de la bastille des Tourelles par Jeanne d’Arc
le 7 mai 1429
, 1934
Peinture murale - 52 x 170 cm
Tarbes, école Jeanne d’Arc
Photo : http://www.rene-marie-castaing.com
Voir l´image dans sa page

L’œuvre présente la particularité d’être préparatoire à un décor de taille trois fois plus petite. Il s’agit d’une huile sur toile peinte en triptyque (ill. 1), dont l’ensemble mesure 246 x 490 cm, qui étudie une composition représentant la prise de la bastille des Tournelles par Jeanne d’Arc peinte sur les murs de la chapelle de l’école Jeanne d’Arc à Tarbes (ill. 2), mesurant seulement 59 x 172 cm.
L’artiste [1], qui fut combattant pendant la Première guerre mondiale (il s’engagea le jour même de ses dix-huit ans), se rappelle ici des tranchées, les soldats suivant Jeanne d’Arc dans la bataille évoquant irrésistiblement ceux de la guerre.


3. Louis-Maurice Boutet de Monvel (1850-1913)
Portrait de Jacques André enfant
Aquarelle, mine de plomb et rehauts
de gouache blanche - 42 x 20 cm
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : SVV L’Huillier
Voir l´image dans sa page

Ce tableau est un don des Amis du musée d’Orléans qui avaient également acquis, le 27 octobre dernier, dans une vente L’Huillier à l’hôtel Drouot (manoir de Thimécourt), un dessin de Louis Boutet de Monvel représentant Jacques André enfant (ill. 3).


4. Jean-Marie Delaperche (1771-1843)
Les Beaux-Arts suivant l’élan du génie tendent au sublime
Plume, lavis, gouache et crayon graphite
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Orléans, Musée des Beaux-arts/Jean Puyo
Voir l´image dans sa page
5. Jean-Marie Delaperche (1771-1843)
La Patience sourit à la Douleur
Plume, lavis, gouache et crayon graphite
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Orléans, Musée des Beaux-arts/Jean Puyo
Voir l´image dans sa page

Mais ce sont également pas moins de 90 dessins qui viennent d’entrer au musée grâce à la réussite de la souscription que nous avions annoncée dans notre brève du 19/10/17. L’objectif était alors de réunir 15 000 €, en en espérant en définitive 25 000. Le résultat final va encore au delà, puisque l’opération, qui vient de se terminer, a réuni pas moins de 30 695 €. Une exposition et un catalogue en 2019 viendront révéler au public cet artiste qui était jusqu’ici à peu près inconnu. En attendant, nous publions ici six nouvelles feuilles de cet ensemble (ill. 8 à 9).


6. Jean-Marie Delaperche (1771-1843)
Le Malheur, l’Humanité, la Bienfaisance, l’Égoïsme
Plume, lavis, gouache et crayon graphite
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Orléans, Musée des Beaux-arts/Jean Puyo
Voir l´image dans sa page
7. Jean-Marie Delaperche (1771-1843)
Pour les âges passant sur l’aile du Temps
Plume, lavis, gouache et crayon graphite
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Orléans, Musée des Beaux-arts/Jean Puyo
Voir l´image dans sa page

8. Jean-Marie Delaperche (1771-1843)
L’Adoration des bergers
Plume, lavis, gouache et crayon graphite
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Orléans, Musée des Beaux-arts/Jean Puyo
Voir l´image dans sa page
9. Jean-Marie Delaperche (1771-1843)
Le Christ et la Femme adultère
Plume, lavis, gouache et crayon graphite
Orléans, Musée des Beaux-Arts
Photo : Orléans, Musée des Beaux-arts/Jean Puyo
Voir l´image dans sa page

10. Pierre-Claude-François Delorme (1783-1859)
Résignation, Force, Espérance, Charité,
Foi, Humilité, Repentir, Justice
, vers 1841
Huile sur toile - 37 x 83 cm
Orléans, Musée des Beaux-Arts (don sous réserve d’usufruit)
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Enfin, un don sous réserve d’usufruit est venu il y a quelques semaines s’ajouter à ces acquisitions. Il s’agit d’une esquisse de Pierre Claude-François Delorme (ill. 10), élève de Girodet, préparatoire aux peintures murales de la chapelle axiale (chapelle de la Vierge) de l’église Saint-Gervais-Saint-Protais à Paris. Alors que l’artiste a peint, sur les deux parois latérales de la chapelle, quatre Vertus de chaque côté (ill. 11 et 12 [2]), l’esquisse regroupe ces huit figures sur une seule toile. De nombreuses différences sont discernables entre le projet et les peintures finalement réalisées. Par ailleurs, l’ordre des Vertus a changé, le Repentir et la Justice étant déplacées la Force, sur le mur gauche, tandis que l’Espérance et la Charité, dans un ordre inversé, ont été déplacées sur la paroi droite, ce qui leur permet de rejoindre la Foi pour former les Vertus Théologales. En revanche, les Vertus Cardinales ne sont ici qu’au nombre de deux (la Force et la Justice). Trois autres Vertus sont ajoutées : Résignation, Repentir et Humilité.


11. Pierre-Claude-François Delorme (1783-1859)
Résignation, Force, Repentir, Justice, 1841
Peinture murale
Paris, église Saint-Gervais-Saint-Protais
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
12. Pierre-Claude-François Delorme (1783-1859)
Charité, Espérance, Foi, Humilité, 1841
Peinture murale
Paris, église Saint-Gervais-Saint-Protais
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

La commande de cette chapelle à Delorme date de 1841. Aux Vertus s’ajoutent, à l’entrée de la chapelle, quatre compositions verticales : à droite La Visitation et L’Annonciation, à gauche La Sainte Famille et L’Assomption. Ces peintures murales sont en bon état, l’église Saint-Gervais-Saint-Protais ayant bénéficié à la fin des années 1990 d’une restauration presque complète (voir l’article).
Cette esquisse, donnée sous réserve d’usufruit à Orléans, a été prêtée au musée et sera visible dans ses salles à partir de la seconde moitié du mois de janvier.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.