Nomination de Benjamin Couilleaux à la tête du Musée Bonnat-Helleu

Benjamin Couilleaux
Voir l´image dans sa page

23/4/18 - Nomination - Bayonne, Musée Bonnat - Le Musée Bonnat (appelé officiellement, depuis le legs Howard-Johnston, Musée Bonnat-Helleu) a un nouveau directeur après le départ de Sophie Harent pour le Musée Magnin à Dijon (voir la brève du 20/2/18). Il s’agit de Benjamin Couilleaux, jeune conservateur de 35 ans dont c’est le deuxième poste dans les musées après avoir obtenu le concours de conservateur du patrimoine (Musées, Ville de Paris) et sa formation à l’Institut national du patrimoine en 2011-2012. Il était, depuis juillet 2012, conservateur en charge des collections de peinture, sculpture et arts graphiques et adjoint de la directrice du Musée Cognacq-Jay. Il a, à ce titre, été commissaire notamment de l’exposition Jean-Baptiste Huet (voir l’article) et de celle consacrée à Venise au XVIIIe siècle (« Sérénissime ! Venise en fête de Tiepolo à Guardi »). Plus récemment, il a organisé au Musée des Beaux-Arts de Caen une petite rétrospective sur Lambert Sustris, artiste auquel il consacre sa thèse en cours (voir l’article). Rappelons aussi que Benjamin Couilleaux a publié 26 articles sur ce site entre 2007 et 2017 et que, parmi ses travaux en cours, on trouve deux catalogues de collections (les sculptures de Cognac-Jay et les peintures italiennes du Musée Fabre) ainsi que le catalogue raisonné de Jean-Baptiste Regnault.

Cet éclectisme lui sera utile pour le Musée Bonnat dont les collections sont aussi variées qu’elles sont riches. Il fera face à un défi compliqué : rouvrir dès que possible ce musée fermé depuis de trop longues années. Un projet d’agrandissement peine à voir le jour et il serait inacceptable que ce statu quo se poursuive. Un musée aussi important que le Musée Bonnat riche, outre les collections données par Léon Bonnat, du legs Petithory, des terres-cuites de la collection Cailleux et de l’ensemble considérable d’œuvres de la seconde moitié du XIXe siècle - notamment de Paul Helleu - légué par la fille de ce peintre Paulette Howard-Johnston, doit ouvrir et montrer ses collections au public.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.