Nouvelle compétition entre le Getty Museum et la National Gallery de Londres

19/4/18 - Acquisitions - Los Angeles, The J. Paul Getty Museum - En août dernier, le Musée Getty annonçait l’acquisition de seize dessins et un tableau de Watteau (voir la brève du 22/8/17) qui viennent de faire l’objet d’une exposition qui se terminera dimanche prochain 22 avril (ill. 1). Il manque cependant deux feuilles à cet accrochage : le John Martin (ill. 2) et l’huile sur papier de Rubens représentant une Tête d’Africain portant un turban (ill. 3).


1. Exposition des récentes acquisitions du Getty
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. John Martin (1789-1854)
La Destruction de l’armée de Pharaon, 1836
Crayon et aquarelle - 58,4 x 85,7 cm
Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
Photo : The J. Paul Getty Museum
Voir l´image dans sa page

Ces deux œuvres se sont vues en effet refuser temporairement leur autorisation d’exportation par le ministère des Arts anglais, ce qui signifie que les musées britanniques disposent de quelques mois pour les acquérir et empêcher ainsi leur exportation vers les États-Unis. Il s’agit là d’une situation fréquente, de nombreux achats du Getty au Royaume-Uni faisant ainsi l’objet d’une tentative d’achat des musées du Royaume-Uni, parfois avec succès, plus souvent en vain. Ainsi, le tableau de Parmigianino (voir la brève du 31/8/16 et celle du 20/2/17) a-t-il finalement été acquis par le Getty et est désormais accroché dans ses salles (ill. 4), la National Gallery de Londres n’ayant pas réussi à réunir les fonds pour le conserver.


3. Pierre-Paul Rubens (1577-1640)
Tête d’Africain portant un turban, vers 1609-1613
Huile sur papier, marouflé sur panneau - 54 x 39 cm
Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
Photo : The J. Paul Getty Museum
Voir l´image dans sa page
4. Francesco Mazzuola, dit le Parmesan (1503-1540)
Vierge à l’enfant avec saint Jean-Baptiste
et Marie-Madeleine

Huile sur papier, marouflé sur
panneau - 75,5 x 59,7 cm
Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Le Rubens et le John Martin seront-il donc achetés par un musée anglais ou le Getty pourra-t-il finalement les obtenir ? L’importance du Rubens, comme le souligne le ministère, réside notamment dans le fait qu’il est une des rares représentations d’un Africain à cette époque. Celle du John Martin est évidente en raison de sa qualité : « parmi les plus belles des aquarelles de Martin ».
Pour acquérir le Rubens, la date limite est le 7 juillet 2018 (ou le 7 janvier 2019 s’il y a une « intention sérieuse de lever des fonds pour son achat », pour un prix de 7 695 000 £ ; pour le John Martin, les dates sont le 21 mai 2018 (ou le 21 septembre) et le montant à réunir est de 1 509 102 £ exactement.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.