Pál Sarkozy entre au Louvre

Il est conseillé de vérifier la date de parution de cet article avant de le prendre trop au sérieux.

1/4/10 – Musée – Paris, Musée du Louvre – La rumeur courait depuis quelques jours mais cette fois, c’est confirmé. Le prochain artiste vivant à faire son entrée au Louvre ne sera autre que... Pál Sarkozy, le père de l’actuel président de la République.

Le choix s’est imposé tout naturellement à la direction du musée sans qu’il faille y voir, affirme Henri Loyrette, la moindre complaisance. « Ce n’est pas parce que c’est le père du président que le Louvre doit se priver d’un tel talent » a-t-il affirmé. Après deux artistes abstraits comme Morellet et Cy Twombly, il était naturel que le choix se portât sur un figuratif, et quelle meilleure idée que de faire appel à celui que d’aucuns considèrent désormais, à 81 ans, comme la révélation de l’année et qui sera exposé à l’Espace Cardin du 25 avril au 9 mai ?
La nouvelle a provoqué un véritable enthousiasme dans le petit monde feutré de l’histoire de l’art. D’abord un peu interloqué, Pierre Rosenberg aurait déclaré : « On retrouve la grande tradition décorative francaise. Il y a du Vouet en lui, il y a même du Poussin » Bien conscient de ce côté épique, Henri Loyrette a décidé de lui confier une vaste composition historique pour le plafond de l’escalier Daru, au dessus de la Victoire de Samothrace : « Depuis Romanelli et Le Brun, jusqu’à Delacroix et Cabanel, le Louvre a bénéficié de nombreux décors d’Histoire. Il est temps de renouer avec cette tradition. J’ai donc décidé de lui commander une "Apothéose de la France sous le règne de Nicolas Sarkozy". Une vraie peinture d’Histoire donc, sans doute de quoi faire renaître le genre en France ? ». Pour accomplir au mieux ce qui sera sans doute le couronnement de sa jeune carrière, l’artiste a choisi de s’imprégner du Louvre. Il y passe ses nuits et ses jours, méditant longuement sur les œuvres de ses prédécesseurs. N’oublions pas que Pál Sarkozy est un précurseur, un moderne dans sa technique qui mélange photographie et peinture.

L’inauguration est déjà prévue pour le 1er avril 2011, dans un an jour pour jour, avec un concert de la première dame de France. Le peintre ne va donc pas chômer pendant ces douze mois. « J’ai déjà pensé à ma composition. J’ai fait quelques esquisses. On verra mon fils et ma bru sur un piano volant, traité comme le char d’Apollon, chassant les ennemis de la France. Une grande bannière flottera au vent sur laquelle on pourra lire : « Travailler plus pour peindre plus », habile adaptation de la devise officielle du régime. Ca sera beau comme l’Antique ».
Mais qu’en pense le Président de la République ? Aucune réaction officielle n’a pu être obtenue. Il se murmure cependant qu’Henri Loyrette pourrait être nommé Président à vie du Louvre. Juste récompense de celui qui, sans tabou, a remis le musée parisien au centre de l’art contemporain international, une place qu’il n’aurait jamais dù quitter.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.