Pierre de Cortone, Ciro Ferri et Louis de Boullogne exposés au Louvre

25/3/11 - Expositions - Paris, Musée du Louvre - Depuis quelques années, le département des Arts Graphiques du Louvre organise des expositions monographiques accompagnées de petits catalogues. Cette collection gagnerait à faire évoluer sa formule et à s’imposer moins de contraintes (le format n’est pas forcément optimal, le nombre de planches - et donc de dessins - est fixé à 50, pas un de plus, pas un de moins et, surtout il n’y a pas de notes) mais tout compte fait cette série a permis de montrer et de publier beaucoup d’œuvres ce qui la rend fort utiles. Nous regrettons à ce propos de ne pas avoir trouvé l’occasion de parler, l’année dernière, de l’exposition consacrée à Toussaint Dubreuil qui apportait beaucoup de nouveautés sur cet artiste.


1. Pierre de Cortone (1597-1669)
Le retour d’Agar
Pierre noire - 27,4 x 34 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN
Voir l´image dans sa page
2. Ciro Ferri (1633-1689)
L’Adoration des Bergers
Pierre noire - 23,3 x 37,8 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN
Voir l´image dans sa page

Deux accrochages sont en cours actuellement, le premier s’intéressant à Pierre de Cortone (ill. 1) et à son élève Ciro Ferri (ill. 2), l’autre à un artiste qui n’avait jusqu’ici bénéficié d’aucune rétrospective et d’un seul livre [1], Louis II de Boullogne [2].
Si les deux artistes italiens sont loin d’être des inconnus et bénéficient déjà d’une large bibliographie, le catalogue apporte son lot de nouveautés. Ainsi, la restauration ayant permis de décoller certaines feuilles de leur support a permis de retrouver deux dessins au verso (pl. 5 et 14) ce qui, même si ceux-ci ne sont pas inoubliables, a contribué à enrichir le fonds du Louvre. Autre découverte intéressante : une étude de bras faisant partie de l’ensemble connu sous le nom de Double numbering collector [3], annotée Ferri alors que le style ne permettait pas cette identification de manière si évidente, démontre une nouvelle fois la pertinence de l’annotateur anonyme. En effet, Bénédicte Gady, auteur du catalogue, a pu la rapprocher d’une partie de décor d’une coupole de Saint-Pierre de Rome donnée depuis peu à Ciro Ferri. D’autres exemples prouvent la difficulté qu’il y a souvent à différencier les mains de Pierre de Cortone et de son élève. Certaines feuilles oscillent de l’un à l’autre en l’absence de rapprochement certains avec une œuvre achevée. Et même dans ce cas, la collaboration si imbriquée entre les deux artistes sur certains chantiers ne permet pas toujours de trancher et il faut se contenter de se prononcer sur le style.


3. Louis de Boulogne (1654-1733)
L’Assomption de la Vierge
Pierre noire, rehauts de craie blanche - 33 x 30,7 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN
Voir l´image dans sa page
4. Louis de Boulogne (1654-1733)
Ange
Pierre noire, rehauts de craie blanche - 46,7 x 31,7 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN
Voir l´image dans sa page

Boullogne ne présente pas ce type de difficultés. Son style graphique est très facile à identifier et il est aussi l’un des rares artistes à systématiquement signer - ou plutôt monogrammer – ses dessins. Les plus nombreux sont à la pierre noire et rehauts de craie blanche sur papier bleu, un support malheureusement parfois un peu passé, ce qui n’enlève rien à la force du trait. S’il a dessiné à la sanguine, au lavis et même à l’aquarelle, dans sa jeunesse, le fonds du Louvre, bien que le plus important conservé dans un musée, n’en comporte pas d’exemple. En revanche, on trouve tous les statuts, de l’étude préparatoire rapidement esquissée au modello abouti (ill. 3) en passant par les études de figures isolées (ill. 4). L’exposition du Louvre fait regretter que Louis de Boullogne soit, malgré les articles d’Antoine Schnapper et ceux de la spécialiste de l’artiste, Hélène Guicharnaud (auteur de ce catalogue), aussi mal connu. On espère que la monographie qu’elle nous promet depuis longtemps sortira prochainement.

Commissaires : Bénédicte Gady (exposition Pierre de Cortone et Ciro Ferri) et Hélène Guicharnaud (exposition Louis de Boullogne).

Bénédicte Gady, Pietro da Cortona, Editions 5 Continents, 2011, 84 p., 20 €. ISBN : 9788874395996.


Hélène Guicharnaud, Louis de Boullogne, Editions 5 Continents, 2011, 84 p., 20 €. ISBN : 9788875395989.


Les expositions ont lieu au Musée du Louvre, du 10 mars au 6 juin 2011. Entrée libre avec le billet du musée.

Didier Rykner

Notes

[1Antoine Schnapper et Hélène Guicharnaud, Louis de Boullogne (1654-1733), Paris, 1986. Edité par la Galerie de Bayser dans sa collection Cahiers du dessin français ce volume ne concernait que les dessins et n’avait pas de notices.

[2Louis II de Boullogne est le fils de Louis de Boullogne l’ancien, encore plus méconnu, et dont le Musée des Beaux-Arts de Caen vient d’acheter deux petits tableaux (voir brève du 12/1/11.)

[3Les dessins appartenant à cette collection portent un double numéro, en chiffre et en lettres (en italien), ainsi que le nom de l’artiste ; il s’agit probablement de l’inventaire d’un notaire.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.