Préemption par le Musée Fabre d’un buste de Christophe Veyrier

30/6/17 - Acquisition - Montpellier, Musée Fabre - C’est encore un bel achat, et hautement patrimonial, que vient de réaliser le Musée Fabre de Montpellier aujourd’hui 30 juin par préemption et pour 78 000 € (sans les frais) dans la vente Leclère à l’hôtel Drouot. Il s’agit en effet d’un buste en marbre par Christophe Veyrier (ill. 1) représentant Jean Deydé, qui se trouvait autrefois sur le tombeau des époux Deydé dans la chapelle qui leur était consacrée dans la cathédrale de Montpellier. Cette chapelle fut décrite en 1769 par François Tronchin : « Il faut y admirer les bustes en marbre d’un Joseph (sic [1]) Deydé et de sa femme par le Puget : ils sont à droite dans la chapelle contre le mur des deux côtés de l’épitaphe, et aux pieds est une urne, aussi de Puget, très chargée d’ornements et entre autre d’un bas-relief que j’ai trouvé un peu pesant ; et le pied de l’urne a trop peu de bas relativement à la grosseur de l’urne qui est aplatie par les faces. Les bustes ont la vérité et la mollesse de la chair. »


1. Christophe Veyrier (1637-1689)
Buste de Jean Deydé, 1684
Marbre - 50 x 35 cm (sans piédouche)
Préempté par le Musée Fabre de Montpellier
Photo : SVV Leclère
Voir l´image dans sa page
2. Christophe Veyrier (1637-1689)
Buste de Catherine Ortholan,
épouse de J. Deydé
, 1684
Marbre - 64 x 33 cm
Montpellier, Musée Fabre
Photo : Musée Fabre
Voir l´image dans sa page

En réalité, si la commande avait été passée à Pierre Puget en 1684, les sculptures furent exécutées par son gendre et élève Christophe Veyrier comme l’a bien précisé Alain Chevalier dans le catalogue de la rétrospective Pierre Puget en 1994 à Marseille. La chapelle conçue par Puget était également pourvue d’un décor de marbre réalisé sur ses dessins par le marbrier génois Francesco Massetti, et d’une Fuite en Égypte par Giovanni Battista Carlone. Les trois sculptures (les deux bustes et le vase) quittèrent la cathédrale entre 1769 et 1776 et furent probablement conservés dans la famille Deydé jusque après la Première guerre mondiale, avant de passer sur le marché de l’art. Quelques éléments du décor de marbre subsistent encore dans la chapelle où se trouvent toujours la toile de Carlone ainsi que Le Songe de saint Joseph de Nicolas Mignard commandé avant les travaux de Puget.


3. Christophe Veyrier (1637-1689)
Vase funéraire, 1694
Marbre - 100 x 50 x 40 cm
France, collection particulière
Photo : D. R.
Voir l´image dans sa page

Le Musée Fabre avait déjà acquis en 2000 le buste de Catherine d’Ortholan provenant de cet ensemble [2] (ill. 2). L’urne monumentale en marbre est aujourd’hui conservée dans une collection particulière française (ill. 3). Signalons enfin que le buste de Constance Deydé, unique fille de Jean et Catherine Deydé, morte à cinq ans, par un artiste proche d’Antoine Coysevox et provenant du château de Fougères, avait été acheté par le musée en 1997.

Didier Rykner

Notes

[1Le prénom est en réalité Jean. C’est son père qui s’appelait Joseph, en l’honneur duquel Jean Deydé plaça la chapelle sous le vocable de Saint-Joseph.

[2Contrairement à ce qu’affirme le catalogue de vente, ce buste de la femme de Jean Deydé n’est pas un moulage, mais bien le marbre original.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.