Quatre peintures pour le Nationalmuseum de Stockholm

9/7/19 - Acquisitions - Stockholm, Nationalmuseum - Deux paysages et deux portraits de la fin du XIXe siècle rejoignent les collections du Nationalmuseum de Stockholm. Elisabeth Keyser, Ingeborg Westfelt-Eggertz, Gerda Tirén et Jenny Nyström sont quatre peintres suédoises nées dans les années 1850 et vivant à Paris dans les années 1880. Comme pour un grand nombre d’artistes suédois et norvégiens de la deuxième moitié du XIXe siècle - dont de nombreuses femmes -, venus compléter ou débuter une formation artistique à Paris, la France eut pour elles une grande importance. Nous renvoyons à la thèse exemplaire de Vibeke Röstorp sur le sujet - Le Mythe du retour. Les artistes scandinaves en France de 1889 à 1908 -, publiée en 2013 et recensée sur La Tribune de l’Art (voir l’article du 25/5/13). Elle y explique, notamment, que souvent exclues des organisations artistiques de leur propre pays, ces artistes femmes avaient à Paris une plus grande chance de mener carrière. Elle cite plusieurs de ces circonstances mélioratives dont la riche offre d’ateliers d’artistes, l’accès facile aux musées et aux académies libres, les opportunités multiples d’exposer leurs œuvres - aux Salons ou à l’exposition de l’Union des femmes peintres et sculpteurs créée en 1882 - tout comme la libération du carcan social qu’offrait l’expatriation.

Les œuvres d’Elisabeth Keyser, Ingeborg Westfelt-Eggertz et Gerda Tirén ont été offertes au Nationalmuseum par Ann Stern, membre des Amis du Musée et fidèle donatrice. L’aquarelle de Jenny Nyström rejoint les collections grâce au soutien commun d’Ann Stern et de la - tout aussi fidèle - fondation Magda and Max Ettler. Elle était passée en vente chez Bukowskis à Stockholm le 6 décembre dernier où elle fut achetée pour le musée 6 600 euros (70 000 SEK).


1. Elisabeth Keyser (1851-1898)
Une confirmation en Normandie, 1889
Huile sur toile - 116 x 75 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Stockholm, Nationalmuseum
Voir l´image dans sa page
2. Ingeborg Westfelt-Eggertz (1855-1936)
Impression de Meudon, 1887
Huile sur panneau -31,5 x 20,5 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Stockholm, Nationalmuseum
Voir l´image dans sa page

La Confirmation en Normandie (ill. 1), peinte par Elisabeth Keyser dans une veine naturaliste, rappelle la profonde admiration des artistes suédois de l’époque pour Jules Bastien Lepage. Quatorze ans plus tôt il peignait sa Communiante, aujourd’hui conservée par le musée des Beaux-Arts de Tournai, inspiration évidente de la portraitiste suédoise. Elle est son troisième portrait a rejoindre les collections du Nationalmuseum qui conserve déjà son Autoportrait de 1880 et un Jeune garçon au col en dentelle. A Paris, où elle se rendit en 1878, elle fut notamment l’élève de Léon Bonnat. Elle se lia d’amitié avec sa compatriote Ingeborg Westfelt-Eggertz qui s’installa dans la capitale en 1883 où elle étudia à l’Académie Colarossi. Sa Vue de Meudon (ill. 2) serait un cadeau qu’elle lui destina. Elle complète ses Cerisiers en fleurs déjà dans les collections. De retour à Stockholm en 1890, elles fondèrent une école de peinture pour femmes artistes. Ces deux œuvres sont présentées à Östersund jusqu’au 20 avril 2020 dans l’’exposition De l’aube au crépuscule - L’art nordique au tournant du siècle du Nationalmuseum Jamtli.


3. Gerda Tirén (1858-1928)
Une mère, 1884
Huile sur carton
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Stockholm, Nationalmuseum
Voir l´image dans sa page
4. Jenny Nyström (1854-1946)
Une femme se promenant à Paris, 1884
Aquarelle - 29 x 16,5 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Stockholm, Nationalmuseum
Voir l´image dans sa page

Après des études académiques à Stockholm, Gerda Tiren poursuivit à partir de 1883 ses études en France, à Paris et à Grez-sur-Loin, autre fameuse colonie d’artistes suédois. Sa Mère à l’enfant (ill. 3) rejoint dans les collections deux autres de ses études, une huile sur carton et un dessin à l’encre noire. Quant à Jenny Nyström, c’est en 1882, après avoir reçu la médaille royale de l’Académie royale des arts de Suède, qu’elle rejoignit les académies parisiennes Colarossi puis Julian. Sa rue de Paris à l’aquarelle (ill. 4) s’ajoute à un ensemble déjà important de ses dessins et peintures.

Ces quatre nouvelles acquisitions viennent compléter l’important fonds du Nationalmuseum dédié à ces communautés d’artistes scandinaves installées en France - à Paris mais aussi en Normandie, en Bretagne ou dans la Vallée de la Creuse (voir l’article du 28/3/19) - à la fin du XIXe siècle. Elisabeth Keyser, Ingeborg Westfelt-Eggertz, Gerda Tirén et Jenny Nyström prennent place aux côtés des sculptrices Agnes de Frumerie et Ida Matton, des dessinatrices Julia Beck et Berta Wilhelmson ou des peintres Harriet Backer, Helene Schjerfbeck et Oda Krohg déjà présentes dans les collections. Le Nationalmuseum entend poursuivre ses acquisitions en ce sens afin de dresser un tableau complet de ces colonies d’artistes où la primauté masculine longtemps admise est aujourd’hui remise en question par l’historiographie.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.