Quelques sites sur l’Angleterre victorienne

15/11/09– Sites Internet – Art anglais – Internet est une véritable mine pour les historiens de l’art. Nous indiquons ici des liens vers quelques sites traitant de l’art anglais à la période victorienne.

Le premier, Victorian Web, est dédié non seulement aux beaux-arts, mais aussi à la littérature, à l’histoire, à la science, à la philosophie, au théâtre... Il s’agit d’une véritable encyclopédie sur l’Angleterre du XIXe siècle, d’une richesse inouïe, créé et entretenu par des universitaires. Pour ne rester que dans le champ couvert par La Tribune de l’Art et comprendre l’intérêt de ce site, il suffit de regarder la section consacrée à l’architecture. Sur ce seul sujet, la page renvoie vers 86 pages consacrées à des architectes différents qui renvoient pour la plupart à des biographies et à des catalogues d’œuvres enrichis de notices et de photographies ; on trouve également des pages consacrées aux techniques, à l’architecture dans les colonies britanniques, aux styles (Gothic Revival, Classicism), aux types de bâtiments... La peinture, la sculpture, les illustrations, les arts décoratifs, la photographie sont traités de manière aussi complète.

Les quatre autres sites sont dédiés chacun à un artiste.


Dante Gabriel Rossetti Archives : on y trouve le catalogue d’à peu près toute la production de Rossetti, qu’il s’agisse de peintures, de dessins, d’objets d’art, de poèmes ou de textes en prose. Même ses traductions (de Dante notamment) sont prises en compte. Les textes littéraires, y compris la correspondance, sont retranscrits et une grande partie des manuscrits sont accessibles directement par des photographies. Chaque œuvre bénéficie d’une notice. Le site a été créé par Jerome McGann qui enseigne à l’Université de Virginie.


The William Morris Society : Comme son nom l’indique, la William Morris Society est dédiée à l’étude de cet artiste qui fut, comme Rossetti, un écrivain. Si la section consacrée à l’art de William Morris est assez pauvre, ne renvoyant qu’à quelques photographies, pas toujours de qualité et sans notices, le très grand intérêt de ce site est de proposer intégralement en PDF tous les articles de The Journal of William Morris Studies de 1961 à 2007, accessibles par sommaire des numéros, par noms d’auteur ou par ordre alphabétique des titres. De nombreux écrits de William Morris sont mis en ligne sur un autre site : Morris Online Edition.

Simeon Solomon Research Archive : Là encore, il s’agit d’un site créé par un un universitaire (Roberto C. Ferrari), dédié à un artiste et écrivain préraphaélite, Simeon Solomon. Bien que nettement moins riche que les deux précédents, on y trouve néanmoins une courte biographie et de nombreuses photos d’œuvres de Solomon.

George Frederick Watts : Contrairement aux autres sites, l’auteur de celui-ci n’est pas identifié clairement. La biographie est apparemment tirée de Wikipedia, ce qui n’est pas vraiment un gage de qualité. On appréciera cependant le nombre important de photos d’œuvres (392).

Alors que les ressources proposées par le ministère de la Culture français sur Internet sont bardées de copyright, il est intéressant de noter que tous ces sites d’initiative privée autorisent une utilisation libre pour des usages non commerciaux (à l’exception de The William Morris Society pour lequel cela n’est pas précisé).

English version

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.