Récentes acquisitions du Metropolitan Museum

29/4/11 – Acquisitions – New York, The Metropolitan Museum of Art – Outre les acquisitions de la peinture et du dessin de Perino del Vaga que nous avions déjà signalées (voir brève du 9/3/11), de nombreuses œuvres sont entrées au Metropolitan Museum depuis le début de l’année 2011.
Lors de la même vente Sotheby’s New York du 27 janvier dernier, un tableau de Corrado Giaquinto représentant Médée rajeunissant Aeson (ill. 1), estimé 100 000 à 150 000 dollars n’avait pas été vendu. Il a été acheté ensuite directement par le musée.
Comme le prouve au verso de la toile la mention Arazzi (signifiant Tapisseries en italien), de la main de l’artiste, il s’agit très probablement d’une esquisse pour un carton de tapisserie qui semble ne jamais avoir été tissé. Giaquinto, qui séjourna en Espagne de 1753 à 1762, fut en effet le directeur de la manufacture royale de tapisseries, la Real Fábrica de Tapices y Alfombras de Santa Bárbara.


1. Corrado Giaquinto (1703-1765)
Médée rajeunissant Aeson
Huile sur toile - 73,5 x 54,5 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page
2. Pieter de Witte, dit Pietro Candido (vers 1548-1628)
L’Annonciation
Huile sur panneau - 231,8 x 173,3 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page

Dans la vente Christie’s New York du 26 janvier dernier, Fabrizio Moretti a acheté une Annonciation (ill. 1) attribuée à Pieter de Witte, également connu sous son nom italien de Pietro Candido, avant de la donner immédiatement au Metropolitan Museum en l’honneur de Keith Christiansen. Le tableau est désormais donné sans réserves à cet artiste, né à Bruges mais arrivé en 1558 à l’âge de dix ans à Florence. Il fit une grande partie de sa carrière en Italie, jusqu’en 1586, date à laquelle il se rendit à Munich où il travailla et mourut à un âge avancé en 1628. Une Annonciation de Pietro Candido est conservée dans la St Michaelskirche de cette ville. Cependant, en dépit de ce qu’en dit le catalogue Christie’s, les deux compositions sont très différentes.


3. Charles Coypel (1694-1752)
Portrait présumé de Jean de Jullienne
et de son épouse
, 1743
Pastel, pierre noire et aquarelle - 100 x 80 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page


Autre achat de 2011, par l’intermédiaire de la galerie Aaron, un pastel de Charles Coypel (ill. 3), le portrait de Jean de Jullienne et de son épouse, identifiés par une inscription ancienne au verso. Il ne s’agit cependant pas du célèbre collectionneur, mais de son fils.


4. Théodore Géricault (1791-1824)
Lions couchés
Huile sur toile - 48,3 x 59,7 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page
5. D’après Théodore Géricault (1791-1824)
Lions couchés
Huile sur toile - 46 x 56 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN
Voir l´image dans sa page

Dernière acquisition de l’année 2011 que nous évoquerons dans cet article, un panneau de Théodore Géricault (ill. 4), provenant de la collection Schickler et acquise de la galerie Sayn-Wittgenstein Fine Art de New York, dont une copie à l’huile sur toile est conservée au Musée du Louvre [1] (ill. 5).

Signalons enfin plusieurs tableaux acquis en 2010 dont nous n’avions pas encore parlé :


6. Cercle de Hugo van der Goes (vers 1420-1482)
Portrait d’homme, vers 1470-1475
Huile sur papier marouflé sur panneau - 22,2 x 16,5 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page


- Cercle de Hugo van der Goes, Portrait d’homme (ill. 6). Il s’agit d’une huile sur papier acquise par le musée auprès de Richard L. Feigen à New York, Datable vers 1470-1475. Le Metropolitan Museum conserve deux tableaux autographes de van der Goes, le Portrait d’un moine bénédictin et un Portrait d’homme.


7. Orazio Borgianni (1578-1616)
Tête de vieille femme, après 1610
Huile sur toile - 53 x 39 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page
8. Orazio Borgianni (1578-1616)
La Sainte Famille, vers 1600
Huile sur toile - 226 x 173 cm
Rome, Galleria Nazionale d’Arte Antica, Palazzo Barberini
Photo : Wikipedia
Voir l´image dans sa page

- Orazio Borgianni, Tête de vieille femme (ill. 7). Cette œuvre a été achetée à la galerie londonienne Robilant+Voena. Selon la notice du musée, le modèle (il s’agit peut-être de la mère du peintre dont on sait qu’il a peint un portrait) a été utilisé quelques années plus tôt pour la sainte Elizabeth d’une Sainte Famille peinte par Borgianni (ill. 8).


9. Philipp Jacob Scheffauer (1756-1808)
Artémise pleurant son époux, 1794
Marbre - 50,2 x 30 x 5 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page


- Philipp Jacob Scheffauer, Artémise pleurant son époux (ill. 9). Ce relief en marbre, passé en vente chez Lempertz à Cologne, a été acquis par le Musée de Charles Janoray. Scheffauer, proche de Johann Heinrich Dannecker à Stuttgart, fut également l’élève d’Augustin Pajou à Paris. Cette œuvre parfaitement néoclassique témoigne de l’influence de ce dernier mais également de sculpteurs comme Antonio Canova ou Johan Tobias Sergel.


10. Michele Gordigiani (1835-1909)
Portrait de femme, 1864
Huile sur toile - 64 x 52 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page


- Michele Gordigiani, Portrait de femme (ill. 10). Cette toile peinte en 1864 par un artiste italien fort peu connu n’est pas sans évoquer l’art de Frans Xaver Winterhalter. Elle a été acquise du marchand florentin Gianfranco Grimaldi qui l’avait achetée aux enchères chez Pandolfini Casa d’Aste le 27 octobre 2008.


11. Pierre-Auguste Renoir (1841-1919)
Nature morte avec fleurs et figues de Barbarie, vers 1884
Huile sur toile - 188 x 152,4 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
Voir l´image dans sa page


- Pierre-Auguste Renoir, Nature morte avec fleurs et figues de Barbarie (ill. 11). Ce tableau a été légué par Catherine V. Gaisman.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.