Rodolphe Rapetti nommé à la tête du château de Compiègne

Rodolphe Rapetti
Voir l´image dans sa page

14/1/17 - Nomination - Compiègne, Château - C’est finalement Rodolphe Rapetti (même si sa nomination n’a pas encore été officiellement annoncée semble-t-il) qui remplacera Emmanuel Starcky à la direction des Domaines et Musées nationaux de Compiègne et de Blérancourt.

Celui-ci, parti subitement de son poste cet été pour prendre la direction du Musée des Plans et Reliefs à Paris, peut se targuer d’un excellent bilan. Nous avons ici même largement rendu compte des nombreuses expositions qu’il y a organisées. Nous avons été moins exhaustif sur les acquisitions les plus récentes, à tort car les achats ont également été importants, et nous espérons pouvoir bientôt faire le bilan des enrichissements de ces dernières années. Nous renvoyons nos lecteurs à notre émission La Semaine de l’Art du 25/9/14 où il était notre invité.
Nous n’avons pas encore vu le château de Blérancourt, qui est également sous la responsabilité du directeur du château de Compiègne, et qui a récemment rouvert après de longs travaux. Emmanuel Starcky avait fort heureusement pris en compte les découvertes archéologiques qui y avaient été faites et que nous avions défendues, et le projet avait évolué dans le sens de leur conservation.

Rodolphe Rapetti succède donc à Emmanuel Starcky pour la seconde fois, puisqu’il était devenu directeur adjoint des Musées de France à son départ pour Compiègne en 2005 (voir la brève du 8/6/05). Il était actuellement chargé de mission au Service des Musées de France. Historien de l’art du XIXe siècle, et notamment du Symbolisme, il est aussi un spécialiste du patrimoine automobile et l’auteur d’un rapport sur ce sujet en 2007. On espère qu’il pourra à son nouveau poste mener à bien un projet qui tenait à cœur à Emmanuel Starcky : sauver le musée des voitures du château et l’installer dans les Haras de la ville qui ont été achetés il y a deux ans par la municipalité.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.