Tournai : la destruction du Pont des Trous a commencé

1 1 commentaire

2/8/19 - Patrimoine - Tournai, Pont des Trous - La destruction - un terme dont même les vandales ont honte, et qu’ils préfèrent donc appeler « déconstruction » - du Pont des Trous à Tournai a commencé aujourd’hui. Nous avons évoqué à plusieurs reprises les menaces qui pesaient sur ce pont médiéval en partie (en partie seulement, il s’agissait de l’arche centrale) reconstruit après les destructions de la seconde guerre mondiale. Sa démolition était prévue pour faire place à des bateaux plus larges et plus haut.
Les principales associations ont abandonné le combat après avoir obtenu des assurances de la municipalité que le projet contemporain (particulièrement hideux) ne serait finalement pas mis en œuvre et que le pont serait reconstruit dans le même esprit que le pont d’origine, en gardant un maximum de pierre, et en se contentant d’agrandir l’arche centrale.


Début de la destruction du Pont des Trous le 2 août 2019
Photo : Pierre-Emmanuel Lenfant
Voir l´image dans sa page

La Belgique va donc démolir en temps de paix ce qui n’avait été qu’en partie détruit par la guerre. Même si la reconstruction était menée à son terme, il s’agit d’un vandalisme révoltant. Rappelons d’ailleurs que le pont est classé monument historique. Un recours de dernière minute lancé par une association, se basant sur ce classement pour refuser la destruction, a échoué devant le Conseil d’État belge. Rien d’étonnant si l’on sait que le patrimoine est encore bien davantage malmené en Belgique qu’il ne l’est en France.

Que va-t-il se passer demain, après la destruction des arches ? Les associations espèrent que ce qui a été promis sera mis en œuvre, soit la reconstruction « à la manière de ». Si l’on en croit l’association « Préservons l’identité du Pont des Trous », qui a eu tort à notre sens de finir par accepter cette solution, les conditions de la reconstruction (budget, projet, appel d’offre, etc.) restent complètement opaques. Il y a fort à craindre que celle-ci n’ait jamais lieu et que le Pont des Trous rejoigne les monuments dont la reconstruction était promise et qui ont fini à la décharge (rappelons, en tout dernier lieu, la halle Eiffel - voir les articles - dont Françoise Nyssen se réjouissait qu’elle soit sauvée, et qui continue à pourrir sur un terrain vague…).

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.