Trois tableaux de Berchem acquis par le Mauritshuis

16/7/19 - Acquisitions - La Haye, Mauritshuis - Seul L’Été était au musée. Voila que les trois autres saisons l’y retrouvent. La série fut peinte par Nicolaes Berchem vers 1670, pour la maison d’Herman van Swoll (1632-1698) à Amsterdam, elle fut dispersée par la suite. L’Automne, L’Hiver et Le Printemps avaient été réunis par l’homme d’affaire Eric Albada Jelgersma, décédé en 2018. Ses héritiers ont décidé de les vendre, et le Mauritshuis les a finalement achetés par l’intermédiaire de Christie’s [1].


1. Nicolaes Pietersz Berchem (1620-1683)
Allégorie du Printemps, vers 1670
Huile sur toile - 94,3 x 88,5 cm
La Haye, Mauritshuis
Photo : Mauritshuis
Voir l´image dans sa page
2. Nicolaes Pietersz Berchem (1620-1683)
Allégorie de l’Eté, vers 1670
Huile sur toile - 94 x 88 cm
La Haye, Mauritshuis
Photo : Mauritshuis
Voir l´image dans sa page

3. Nicolaes Pietersz Berchem (1620-1683)
Allégorie de l’Automne, vers 1670
Huile sur toile - 94 x 88,9 cm
La Haye, Mauritshuis
Photo : Mauritshuis
Voir l´image dans sa page
4. Nicolaes Pietersz Berchem (1620-1683)
Allégorie de l’Hiver, vers 1670
Huile sur toile - 94 x 88,9 cm
La Haye, Mauritshuis
Photo : Mauritshuis
Voir l´image dans sa page

Chacune des saisons est incarnée par un dieu romain assis sur un char au sein d’un cortège présenté dans un médaillon, encadré de multiples figures liées au sujet, peintes dans un camaïeu cuivré. Flore personnifie le printemps, Cérès l’été, Bacchus l’automne ; l’hiver est évoqué par un vieillard, peut-être Saturne, associé habituellement au solstice d’hiver. Ces quatre panneaux ont été conçus comme des dessus-de-portes et seront accrochés en hauteur dans le musée.

Le Mauritshuis a hésité à acheter ces trois oeuvres pour reconstituer la série qui se trouve à nouveau dans une demeure du XVIIe siècle. Conservé depuis 1992, L’Été fait en effet partie de la NK Collection (Nederlands Kunstbezit collection) gérée par l’État ; elle réunit des œuvres volées, saisies ou achetées aux Pays-Bas durant l’occupation allemande, que les héritiers des propriétaires peuvent réclamer.
L’histoire de L’Été est connue : le tableau, alors au main d’un collectionneur anonyme, faisait partie d’une exposition en 1934 organisée à Arnhem par le marchand d’art D. Katz. En 1944, Il fut vendu aux enchères à La Haye par Katz, et finalement acheté pour le Führermuseum à Linz. Il est revenu aux Pays-Bas après la guerre. En 2009, les héritiers du marchand ont revendiqué plusieurs œuvres, et notamment celle-ci, une réclamation que le comité des restitutions a rejetée. Il reste à déterminer si elle appartenait à Katz pendant l’Occupation.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.