Un aperçu de la Biennale 2019

16/9/19 - Marché de l’art - Paris - Puisque Mathias Ary Jan, président du Syndicat national des Antiquaires, nous y invite lui-même dans une interview qu’il a donnée au journal Le Monde, nous ne comparerons pas cette édition de la Biennale des Antiquaires avec celles que nous connaissions il y a encore quelques années. « C’est un nouveau salon : l’ancien avait des côtés formidables, mais c’est fini ». Dont acte, il ne fait que reconnaître ce que tout le monde peut voir. Nous nous contenterons donc de signaler quelques œuvres importantes parmi celles que l’on peut y admirer, en soulignant néanmoins qu’un prix d’entrée de 35 euros est trop élevé pour ce qu’il donne à voir [1]


1. François-Joseph Kinson (1771-1839)
Portrait de la famille Amelot de Chaillou, 1826
Huile sur toile - 225 x 153 cm
Galerie Alexis Bordes
Photo : Galerie Alexis Bordes
Voir l´image dans sa page
2. Gustav Adolf Mossa (1883-1971)
Le Baiser d’Hélène
Huile et perle sur toile - 92,2 x 73,3 cm
Galerie Ary Jan
Photo : Galerie Ary Jan
Voir l´image dans sa page

Si les tableaux anciens sont peu nombreux, on en voit cependant quelques-uns, par exemple chez Alexis Bordes ou sur le stand de la galerie Ana Chiclana, spécialisée dans les tableaux espagnols. C’est pourtant un tableau du XIXe siècle que nous reproduirons ici, un grand portrait du belge François-Joseph Kinson que présente le marchand parisien. Chez Mathias Ary Jan lui-même, où l’on voit de superbes œuvres symbolistes, nous retiendrons surtout celle de Gustav Adolf Mossa représentant Le Baiser d’Hélène.

C’est paradoxalement sur le stand de l’hôtel des ventes Drouot, qui exposait cette année pour la première fois au Grand Palais à l’invitation du Syndicat national des antiquaires, que l’on pouvait découvrir l’une des plus jolies sélections d’œuvres aussi inédites qu’intéressantes. On peut y noter plusieurs belles pièces en porcelaine de Sèvres : un seau à liqueur ovale provenant du service offert en 1758 par le roi Louis XV au roi du Danemark Frédéric V et surtout un magnifique vase ruche exécuté en 1770, dont aucune pièce équivalente n’est conservée dans les musées français. Nous y reviendrons dans de prochains articles.


3. Jean Dunand (1877-1942)
Paravent à six feuilles "Marabouts", vers 1928
Bois laqué, gravé, peint et argenté - 200 x 60 cm (chaque feuille)
Paris, galerie Marcilhac
Photo : Stéphane Briolant
Voir l´image dans sa page

Au chapitre objets d’art anciens, encore représentés par quelques galeries, on admire tout particulièrement les stands des galeries Mathivet et Marcilhac, spécialisées dans l’Art Déco : c’est chez la seconde que l’on trouve notamment ce superbe paravent (ill. 3) de Jean Dunand, récemment passé en vente à Paris.


4. Miroir aux armes d’Elisabeth-Charlotte d’Orléans (1676-1744)
Bronze ciselé et doré, glace - 70,5 x 53,7 x 7 cm
Paris, Galerie Steinitz
Photo : Paul Steinitz
Voir l´image dans sa page
5. Miroir aux armes d’Elisabeth-Charlotte d’Orléans (1676-1744)
Bronze ciselé et doré, glace - 70,5 x 53,7 x 7 cm (détail)
Paris, Galerie Steinitz
Photo : Alexandre Lafore
Voir l´image dans sa page

Mais l’objet à nos yeux le plus important de cette édition 2019 est proposé par la galerie Steinitz, un des piliers du syndicat comme de la Biennale, qui présente un précieux miroir (ill. 4) en bronze doré d’origine princière. Comme l’indiquent le buste de cette princesse (ill. 5), exécuté d’après la médaille ciselée à l’hôtel de la Monnaie en 1718 par l’orfèvre Joseph-Charles Röettiers, les armes couronnées (ill. 6) et les croix de Lorraine, ce superbe miroir a été livré à Élisabeth-Charlotte d’Orléans (1676-1744), fille de Madame Palatine, sœur du Régent et grand-mère de la reine Marie-Antoinette suite à son mariage avec Léopold Ier, duc de Lorraine et de Bar, en 1698. Certainement réalisé vers 1720, cet objet récemment redécouvert est selon nous « la » pièce véritablement patrimoniale de cette édition 2019 de La Biennale Paris, et on espère qu’elle pourra bientôt enrichir les collections nationales.


6. Miroir aux armes d’Élisabeth -Charlotte d’Orléans (1676-1744)
Bronze ciselé et doré, glace - 70,5 x 53,7 x 7 cm (détail)
Paris, Galerie Steinitz
Photo : Alexandre Lafore
Voir l´image dans sa page

Biennale des Antiquaires, Grand Palais, du 13 au 17 septembre 2019.
Site internet.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.