Un bureau Art nouveau pour Valtesse de la Bigne promis au Musée des Arts décoratifs

16/6/19 - Acquisition - Paris, Musée des Arts décoratifs - Lors de la vente Rouillac qui se déroulait cette après-midi au château d’Artigny, Benjamin Steinitz a acquis, pour 22 000 euros sans les frais, un bureau qu’il a annoncé aussitôt vouloir donner au Musée des Arts décoratifs à Paris. Celui-ci le présentera dans sa prochaine commission d’acquisition. Évidemment, il ne s’agit que d’une formalité puisque l’œuvre, outre sa qualité évidente, a une provenance prestigieuse : elle appartenait à Valtesse de la Bigne et vient rejoindre dans les collections son célèbre Lit de Parade. Cette grande courtisane, maîtresse - parmi d’autres - de Jacques Offenbach, fut aussi l’inspiratrice d’Émile Zola lorsqu’il écrivit Nana.


1. France, 1905
Bureau à gradins
Noyer, ronce de noyer et bronzes dorés - 104 x 139 x 80 cm
Don à venir au Musée des Arts décoratifs
Photo : Rouillac
Voir l´image dans sa page

Si le lit, créé par Édouard Lièvre en 1875 pour son hôtel particulier parisien, est d’inspiration néo Louis XV, le bureau à gradins est pleinement Art nouveau. Comme nous l’a indiqué Audrey Gay-Mazuel, conservatrice au Musée des Arts décoratifs, ce bureau, daté de 1905, a été commandé par Valtesse de la Bigne après son départ de Paris pour Ville d’Avray. L’auteur de ce meuble, qui lui est dédicacé, n’est pas connu. Il est à noter néanmoins que sa salle à manger de Ville d’Avray est due à Louis Majorelle (ill. 2).


2. La salle à manger de la maison de Valtesse de la Bigne
à Ville-d’Avray avec son mobilier de Louis Majorelle
Carte postale ancienne
Voir l´image dans sa page

Le Musée des Arts décoratifs est le seul à dédier une salle de son parcours aux grandes courtisanes. Comme le dit Olivier Gabet, le directeur du musée : « celles-ci étaient les vraies hommes de goût du XIXe siècle » ! Ce beau bureau, à décor en feuilles et fleurs de pavots, viendra encore davantage en témoigner. Il est heureux de voir une nouvelle fois un mécène s’intéresser au Musée des Arts décoratifs et suppléer à son absence de budget d’acquisition.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.