Un carton de Jean Souverbie retrouvé et offert au Musée des Arts décoratifs

1. Les cartons de Maurice Denis
(en bas) et Jean Souverbie (en haut)
déployés dans la nef du musée
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

15/6/19 - Découverte et acquisition - Paris, Musée des Arts décoratifs - L’Apothéose de Dominique Moreau-Nélaton entre saint Martin et saint Louis de Maurice Denis (voir la brève du 24/3/19) n’est pas le seul carton redécouvert récemment au Musée des Arts décoratifs. Une autre œuvre avait été retrouvée, mais nous ne pouvions pas en faire état avant que ses propriétaires soient parfaitement identifiés. Il s’agit en effet d’une maquette de Jean Souverbie, préparatoire à une peinture murale du Palais de Chaillot, qui ne se trouvait pas sur les inventaires du musée et dont on ne savait pas si elle lui appartenait ou non. En réalité, une recherche dans les archives a permis de constater que le peintre l’avait prêté pour une exposition et n’était jamais revenu la chercher. Ses descendants, contactés, ont confirmé que leur aïeul était un peu fantasque. Ils ont en tout cas choisi d’offrir l’œuvre au musée ! Celle-ci, comme celle de Maurice Denis, aura néanmoins besoin d’une restauration importante pour laquelle des mécènes sont activement recherchés. Elles devraient être présentées dans l’exposition des dessins qui aura lieu en mars prochain.


2. Maurice Denis (1870-1943)
Apothéose de Dominique Moreau-Nélaton entre saint Martin et saint Louis
Carton - 450 (environ) x 236 cm
Paris, Musée des Arts décoratifs
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Les deux cartons ont été déroulés provisoirement dans la grande nef du musée, ce qui les faisait apparaître tout petits malgré leurs dimensions imposantes (ill. 1). Cela nous permet de reproduire désormais intégralement le grand projet de vitrail de Maurice Denis [1] (ill. 2) ainsi que celui de peinture murale de Souverbie (ill. 3).


3. Jean Souverbie (1891-1981)
La Musique, 1937
Carton
Paris, Musée des Arts décoratifs (donation en cours)
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Ce dernier représente La Musique et date de 1937. Par une coïncidence amusante, la correspondance de l’artiste à ce sujet permet de savoir qu’il a été peint dans l’atelier de Maurice Denis, dont il fut l’ami et qui le conseilla. La peinture murale définitive se trouve toujours dans le Palais de Chaillot, mais coffré et invisible pour pouvoir construire des bureaux [2]. On y voit notamment Apollon, un ange musicien, des nymphes dansant et un joueur de flûte. Il est frappant de voir combien ce peintre typique de l’Art déco est proche ici de certaines œuvres de Picasso dont il semble s’inspirer. Le joueur de flûte en particulier, mais aussi les canons des personnages, notamment Apollon, évoquent fortement les deux figures de musicien que Picasso peignit en 1923 (La Flûte de Pan, cap d’Antilles).

Didier Rykner

Notes

[1Le travail effectué par la conservation du musée a incité la famille de Maurice Denis à donner un dessin préparatoire d’une figure de ce carton. Nous en reparlerons quand ce don sera passé en commission d’acquisition.

[2Cette précision a été écrite après la parution de l’article. Cela explique que lors de notre visite du bâtiment, il y a quelques années, nous ne l’avions pas vue. Seul le pendant de Billotey est encore visible...

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.