Un chef-d’œuvre de Gros entre au Louvre

Antoine-Jean Gros (1771-1835)
Portrait de Pierre-Jacques Orillard,
Comte de Villemanzy

Huile sur toile - 145 x 115 cm
Préempté par le Musée du Louvre
© Philippe Rouillac
Voir l´image dans sa page

11/6/06 – Acquisition – Paris, Louvre – C’est un chef d’œuvre du portrait français qu’a préempté aujourd’hui le musée du Louvre lors de la vente annuelle organisée au Château de Cheverny par le commissaire-priseur Philippe Rouillac.

Ce tableau (ill.), qui représente Pierre-Jacques Orillard, Comte de Villemanzy, fut exposé par Gros au Salon de 1827 et est resté depuis toujours dans la famille du modèle en Touraine. Originaire d’Indre-et-Loire, celui-ci accompagna Rochambeau en Amérique et fit une brillante carrière dans l’armée napoléonienne. Pair de France sous la Restauration, il présida la Caisse des dépôts et consignation. Il est représentatif de ces grands commis de l’Etat qui furent aussi à l’aise sous l’Empire que pendant la Restauration. Il servit ainsi loyalement six régimes différents.
Le portrait le représente dans le costume de Pair de France et ne néglige aucune des médailles qui témoignent de son engagement au service de son pays. On admirera la majesté qui se dégage de cette figure, que renforce la simplicité de la pose.

Le tableau a été adjugé la somme élevée, mais justifiée compte tenu de sa qualité, de 590.000 € (sans les frais). Selon le commissaire-priseur, cité par le journal luxembourgeois Taggeblatt, un musée anglais et un musée japonais étaient en compétition pour acheter l’œuvre. On ne saurait trop se réjouir que celle-ci reste définitivement en France. Elle rejoindra au Louvre d’autres portraits par Gros dont le célèbre Bonaparte au Pont d’Arcole et celui du Comte Alcide de la Rivallière, récemment sorti des réserves et dont nous parlions il y a peu (voir brève du 4/3/06)

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.