Un Delacroix pour Houston

26/9/19 - Acquisition - Houston, Museum of Fine Arts - En juin dernier, la galerie Philippe Mendes présentait une exposition d’une seule œuvre : une esquisse inédite de Delacroix (ill. 1) dont le sujet renvoie à l’un des tableaux les plus connus de l’artiste, Les Femmes d’Alger (ill. 2), aujourd’hui conservé au Musée du Louvre. L’œuvre montre les deux personnages qui se trouvent aux extrémités gauche et droite de ce dernier tableau, réunis dans une nouvelle composition. À gauche, une des trois femmes dont on ne sait avec certitude s’il s’agit vraiment d’une pensionnaire d’un harem (la visite de Delacroix à un tel lieu est souvent mise en doute), et à droite la servante noire. Ce resserrement de la scène qui ne montre désormais que la confrontation entre ces deux figures transforme l’œuvre en un tableau finalement assez différent. En réalité d’ailleurs, il semble qu’il s’agisse d’une première pensée, d’un format vertical, qui précède celle que l’on a toujours connue et à laquelle deux femmes ont été ajoutées, étirant ainsi le format à l’horizontal.


1. Eugène Delacroix (1798-1863)
Étude pour les Femmes d’Alger, vers 1833-1834
Huile sur toile - 46 x 38,5 cm
Houston, Museum of Fine Arts
Photo : Houston Museum of Fine Arts
Voir l´image dans sa page

C’est en 1832 que Delacroix visita l’Algérie qui venait d’être conquise par la France, avec une mission diplomatique conduite par le comte de Mornay. C’est ce dernier qui acheta l’œuvre directement au peintre avant de la vendre en 1850. Le catalogue de la vente, qui comportait six autres Delacroix, la mentionne sous le numéro 118 : « Du même. Femmes d’Alger, dans leur appartement ». Ce numéro est inscrit au pochoir au revers de la toile. Depuis cette vente, l’œuvre était perdue, mais deux cachets d’autorisation de sortie qu’elle porte au dos montrent qu’elle se trouvait au Chili jusqu’en 1963.


2. Eugène Delacroix (1798-1863)
Femmes d’Alger dans leur appartement, 1834
Huile sur toile - 180 x 229 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN-GP/M. Urtado
Voir l´image dans sa page

Le Museum of Fine Arts de Houston possèdait déjà une belle collection d’œuvres de Delacroix, dont deux tableaux religieux (Sainte Marie-Madeleine au pied de la croix et une petite huile sur papierLe Christ marchant sur les eaux), une marine acquise en 2004 (Naufrage sur une côte) et une petite esquisse mythologique représentant Andromède, ainsi que des dessins et lithographies. Il ne pouvait cependant jusqu’ici exposer aucune peinture orientaliste. Celle-ci sera présentée au public à partir du 3 octobre, dans une salle aménagée spécialement à cette occasion.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.