Un dessin de Francesco Sabatelli acquis par le Johnson Museum of Art

1 1 commentaire

16/10/19 - Acquisition - Ithaca, Johnson Museum of Art - À la fin du XVIIIe siècle, un tableau des Offices, représentant la tête de Méduse, fut faussement attribué à Léonard de Vinci, alors qu’il s’agit à l’évidence d’une œuvre flamande, anonyme, datant du XVIIe siècle (ill. 1). Le Johnson Museum of Art de la Cornell University a acquis auprès de la galerie Christopher Bishop une œuvre que celui-ci présentait au Salon du dessin de cette année, une feuille à la plume et encre noir (ill. 2) exécutée d’après ce tableau qui était célèbre à l’époque.


1. Flandres, XVIIe siècle
Tête de Méduse
Huile sur panneau - 49 x 74 cm
Florence, Galleria degli Uffizi
Photo : Wikimedia/Domaine public
Voir l´image dans sa page

L’auteur en est Francesco Sabatelli, fils du plus célèbre Luigi Sabatelli dont un grand nombre de dessins était d’ailleurs proposés récemment à la Biennale de Florence (voir l’article). Francesco, qui se montra très tôt doué pour la peinture, fut l’élève de son père qu’il assista notamment pour le décor de la salle de l’Iliade au Palazzo Pitti. Ses œuvres sont rares car il mourut à l’âge précoce de 27 ans, des suites de la tuberculose.


2. Francesco Sabatelli (1803-1830)
Tête de Méduse
Plume et encre noir - 24,2 x 37,8 cm
Ithaca, Johnson Museum of Art
Photo : Gallery Christopher Bishop
Voir l´image dans sa page

Le dessin acquis par le musée américain se montre assez fidèle au sujet représenté sur le tableau flamand, une tête de Méduse coupée entourée de chauves-souris, de crapauds, de rats et de lézards, mais dans un style beaucoup plus linéaire, qui fait presque penser à un dessin préparatoire à une gravure. Le caractère fantastique qui existait déjà dans l’œuvre d’origine est ici traduit dans un langage qui évoque le romantisme naissant.

Le Johnson Museum of Art, se trouve dans la ville d’Ithaca, dans l’État de New York, et nous n’en avions jusqu’ici jamais encore parlé. Nous avons pu découvrir sur son sites Internet quelques acquisitions récentes réalisées par ce musée, offertes par d’anciens élèves de la Cornell University ou achetées grâce à leurs dons. Celles-ci seront dans l’avenir incluses dans notre prochaine base de données sur les acquisitions des musées qui regroupera à la fois celles dont nous avons déjà parlé sur le site et qui nous permettra d’évoquer celles qui n’y ont pas été signalées.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.